Actualité

  • Mon jardin : la pomme de terre, un aliment qui a eu du mal à s’imposer

    Quelle est l’histoire de la pomme de terre si largement consommée aujourd’hui ?

  • Devenez correspondant de presse à L’hebdo 17

    Vous aimez écrire, vous aimez la vie de votre commune, vous aimez le contact avec les gens… Alors devenez correspondant pour L’Hebdo de Charente-Maritime.

  • Charente-Maritime : toutes les collectes de sang en janvier

    Dans le contexte de l’épidémie de coronavirus, la collecte de sang doit se poursuivre pour répondre aux besoins des patients. Ainsi, l’Établissement Français du Sang vous attend en collecte.

  • Covid-19 : discothèques, dancings… un secteur paralysé depuis mars

    La St-Sylvestre ne sera pas dansante cette année. Depuis mars, les clubs et dancings n’ont pas pu rouvrir leurs portes. Une situation qui les mène pour certains au bord du gouffre.

  • Plan Vals de Saintonge : “Il nous reste encore beaucoup de choses à faire”

    Vendredi 18 décembre, à l’occasion de la clôture de la session d’hiver du conseil départemental, un point d’avancement sur le plan Vals de Saintonge a été effectué.

  • L’invité : prêt à décoller, le Père Noël se confie

    2020, une année particulière pour tous. Même pour le Père Noël qui n’est pas épargné par la crise sanitaire. Il a lui aussi dû s’adapter.

  • L’invité : Mathieu Coutant, ou la passion du monde marin

    Alors que l’Aquarium de La Rochelle s’apprête à souffler ses 20 bougies sans visiteurs, le directeur général Mathieu Coutant et ses équipes restent sur le pont.

  • La longue route des restaurateurs jusqu’au 20 janvier

    La sentence gouvernementale est tombée le 24 novembre. Pas de réouverture des restaurants avant le 20 janvier. Si le ras-le-bol se fait sentir, les gérants restent combatifs.

  • SOS Amitié : “Les jeunes nous parlent quasiment tous de suicide, c’est catastrophique”

    En novembre, l’antenne charentaise-maritime de SOS Amitié a reçu plus de 2 000 appels, des jeunes notamment, suite à l’impact de la crise sanitaire.

  • En Charente-Maritime, la vigilance absolue doit rester de mise face au virus

    Même si les indicateurs sont bons, l’Agence régionale de santé (ARS) Nouvelle-Aquitaine invite à la prudence face à un mal dont toute la connaissance reste encore à venir.