Aigrefeuille : 50 km/h à La Planterie/Le Godinet

Publié le 23 décembre 2015 | Chez nous | Surgères et alentours

Dès janvier, la vitesse sera limitée à 50 km/h.

Dès janvier, la vitesse sera limitée à 50 km/h.

Lundi 14 décembre, les élus du conseil municipal ont décidé d’abaisser la limitation de vitesse de 70 à 50 km/h au lieu-dit La Planterie-Le Godinet.

La vitesse excessive des usagers de la route sur ce lieu-dit situé sur la route départementale n° 112 entre Aigrefeuille et Puydrouard a entraîné une réflexion pour la sécurité des riverains et des piétons. Des travaux fraîchement terminés ont permis la création de trottoirs sur 300 mètres de long avec abris-bus, et, par la suite, il est prévu de créer un passage piéton protégé entre les abris-bus. C’est un lieu qui génère une circulation piétonne liée aux arrêts de bus, à la circulation des deux roues et aux manœuvres fréquentes des riverains. Et, afin de garantir la sécurité de tous, les élus ont dû se prononcer quant à la diminution de la limitation de vitesse dans ce secteur.

La solution trouvée est d’intégrer ce lieu-dit à l’agglomération aigrefeuillaise autrement dit, des panneaux spécifiant l’entrée et la sortie d’Aigrefeuille y seront implantés aux extrémités du lieu-dit dès janvier 2016. « Il faut donner l’impression de rentrer dans le bourg », a expliqué Joël Laloyaux, adjoint au maire en charge de l’urbanisme. L’implantation de ces panneaux aura pour conséquence de limiter la vitesse à 50 km/h au lieu de 70 km/h actuellement. Afin de vérifier le respect de ces nouvelles limitations de vitesse, « des contrôles de gendarmerie seront mis en place dès l’installation des panneaux », prévient Joël Laloyaux.

Les conditions d’occupation pour la location du foyer communal viennent d’être modifiées à cause des nuisances sonores que subissent les riverains. En effet, lorsque la salle est louée en soirée par des particuliers, il est fréquent d’entendre la musique jusque tard dans la nuit, les portes restant ouvertes. Les élus ont donc décidé que du 1er avril au 31 octobre, la musique devra impérativement s’interrompre à partir de 23 h sous peine de poursuites. Le maire Gilles Gay a tenu à rappeler que la salle communale ne doit en aucun cas faire office de dortoirs : « il est interdit de dormir dans la salle pour des raisons de sécurité ».



Laissez un commentaire

Vous devez etre connecté pour laisser un commentaire.