Archéologie : l’enquête du Fâ se poursuit

Publié le 4 août 2016 | Week-end

Les étudiants du chantier école tentent eux aussi de percer les mystères de Novioregum.

Les étudiants du chantier école tentent eux aussi de percer les mystères de Novioregum.

Novioregum, la ville antique portuaire certainement la plus importante de la côte Atlantique, n’a pas décidé de livrer tous ses secrets d’histoire. Du moins pas tout de suite…

« Il nous faut comprendre cette ville » : voici en substance tout l’intérêt de cette campagne de fouilles 2016 dévoilée jeudi 21 juillet par Jacky Quesson, Conseiller départemental de la Charente-Maritime et président du Syndicat mixte pour la valorisation du site du Fâ. Thermes, habitats, boutiques, latrines et un probable forum, ou plus récemment encore la découverte d’une grande avenue et de quatre rues, ne forment que partiellement le profil de la cité antique Novioregum, située à quelques encablures de Meschers, au cœur de l’Estuaire de la Gironde.

Difficile d’apporter à ce jour des réponses concrètes. Une nouvelle campagne de fouilles semble nécessaire. Et pour parvenir à ses fins, le Conseil départemental semble vouloir se donner les moyens nécessaires, grâce à une politique adaptée. En particulier sur le foncier. « Pour éviter l’érosion des vestiges y compris par l’activité agricole, le Département se rend acquéreur de parcelles, en échange d’une mise à disposition gratuite des terres à l’exploitant » soutient Jacky Quesson. Tout récemment, 40 ha de terres ont été acquis par le Conseil départemental sur Épargnes et Arces sur gironde ou encore Talmont.

Les politiques publiques au chevet du Fâ
Autre axe de politique départementale, la création d’un petit internat de 50 lits à destination des primaires, sur le site. Cette classe transplantée se justifie, toujours selon l’élu par l’absence d’une telle démarche en Charente-Maritime. Le département ayant vendu son bâtiment installé en Corrèze devenue inintéressante pour les écoles, a souligné l’élu. Du côté recherche et développement, le Département s’oriente vers un autre projet structurant pour le site du Fâ. « L’idée c’est d’établir des recherches sur les modes de construction d’alors » dévoile Jacky Quesson. En clair, une étude sur les matériaux de construction… d’avenir.

Côté fouilles, durant tout l’été, le site du Fâ prend des allures de chantier école, autre volonté départementale. Les étudiants en archéologie de Poitiers, et Bordeaux auront pour mission de mettre à jour le mobilier, au gré des découvertes… pour tenter eux aussi de percer le mystère du Fâ.

Le Fâ en chiffres…
Cité portuaire antique remontant à 2000 ans : 20 hectares, 20 000 visiteurs par an, 4 500 visiteurs scolaires.



Laissez un commentaire

Vous devez etre connecté pour laisser un commentaire.