Arrêts TGV Surgères : « Nos arrêts TGV, notre avenir »

Publié le 3 septembre 2015 | Actualité | Le choix de L'HEBDO

Déjà le 9 juin dernier, une manifestation s'était déjà déroulée en gare de Surgères.

Déjà le 9 juin dernier, une manifestation s’était déjà déroulée en gare de Surgères.

C’est le slogan qui sera martelé vendredi 4 septembre à partir de 17 h 30 en gare de Surgères. Elus du territoire et au-delà, usagers, chefs d’entreprises, membres de la CGT, sont appelés à se réunir pour montrer l’importance des arrêts TGV à Surgères. 

C’est reparti comme en 40 ! Une fois de plus, les charentais-maritimes sont amenés à manifester pour que les arrêts du TGV soient maintenus en gare de Surgères. « On doit faire bloc », lance Catherine Desprez, maire de la cité d’Hélène. Elle ajoute : « Il n’y a aucune fracture politique. La CGT, le collectif des usagers et les élus manifesteront ensemble ». Le président de la Région, Jean-François Macaire, a même fait part dans une missive de l’intérêt qu’il portait à la menace de perte d’arrêts à Surgères, parlant « d’une gare structurante pour la Charente-Maritime ». Même incompréhension du côté de Jean Gorioux, président de la communauté de communes Aunis Sud : « À l’heure des discours sur le développement durable, que l’on supprime des trains… », laisse-t-il traîner.

Une cause commune récurrente donc à Surgères, pour laquelle les organisateurs de cette mobilisation espèrent qu’elle réunira autant de personnes que de signatures griffonnées sur la pétition qui avait été remise à Jean Auroux, le médiateur de l’affaire auprès de la SNCF : à savoir 5 000.

350 000 passagers en 2014

Car la gare de Surgères draine des voyageurs sur une grande partie de territoire, c’est pourquoi les élus ont largement invité leurs homologues à venir avec des pancartes portant le nom de leur ville : ceux d’Aunis Atlantique bien sûr, et du Pays Rochefortais – « Hervé Blanché devrait être présent », a précisé Catherine Desprez-, de Marennes-Oléron, de Fontenay-le-Comte et de la communauté d’agglomération rochelaise pour faire cause commune avec les “bolides“ demandés par Jean-François Fountaine (lire ci-dessous). « La Rochelle a besoin de nous pour remplir les “bolides“. Ils n’arriveront pas à le faire au départ de La Rochelle et cela prédit leur suppression », a renchéri l’édile surgérien.

De son côté, la CGT tracte en gare de Surgères pour informer les usagers de la perte de ce service publique dès le TGV de 5 h 57 ! « Plus de 160 passagers sont montés lundi matin dans les deux premiers TGV s’arrêtant à Surgères, explique Gérard Gouet de la CGT. Sans compter les passagers TER ». Car enfin les chiffres 2 014 de fréquentation de la gare de Surgères sont tombés : 350 000 passagers, « 500 par jour », soulignait Jean-François Macaire dans le même courrier.

Jean Gorioux rappelle l’importance de la gare de Surgères pour l’économie du territoire et le bassin d’emploi « au sens large car on draine loin sur le territoire. On s’aperçoit que pour les partenaires du développement économique, la gare de Surgères est identifiée comme un point d’accès en Charente-Maritime. Beaucoup d’entreprises locales sont en relation avec Paris et un aller-retour dans la journée est essentiel ». « Sans oublier l’Enilia-Ensmic, poursuit Catherine Desprez, l’école en a besoin pour ses étudiants ».

Avant ce rassemblement que les organisateurs espèrent important, d’autres actions pourraient être menées notamment lors de l’université d’été du parti socialiste qui ouvre ses portes le 28 août à l’espace Encan. Des banderoles pourraient être déployées en gare de Surgères pour sensibiliser à cette cause les élus du gouvernement qui devraient rallier La Rochelle en train. Une lettre ouverte devrait aussi être rédigée afin de sensibiliser le gouvernement au risque économique du territoire avec la perte annoncée de plusieurs arrêts TGV à Surgères.

 

Le jour J

Rendez-vous est donné en bas de la gare de Surgères à 17 h 15, le 4 septembre pour un départ de cortège à 17 h 30. Il remontera jusqu’au quai. Le but : arrêter le TGV en gare de Surgères, alors que ce dernier est un train sans arrêt. La manifestation sera suivie d’une réunion publique au Castel Park à 19 h 30 pour décider de la suite des actions à mettre en place.

Carine Fernandez



Laissez un commentaire

Vous devez etre connecté pour laisser un commentaire.