Aunis Sud : cultiver et consommer autrement sur le territoire

Publié le 23 septembre 2020 | Chez nous | Surgères et alentours

Pour Jean Gorioux, il faut que les consommateurs « intègrent que le prix de l’alimentation qu’ils paient aujourd’hui n’a rien à voir avec le prix de revient » (© Archives L’Hebdo 17)

Aunis sud planche sur l’alimentation de demain par le biais du développement de ressources locales.

« Il a fallu une génération pour passer de la vigne à l’élevage laitier », lance Jean Gorioux, président de la communauté de commune (CDC) Aunis sud. Espérons que ce changement profond de la société qui inclut agriculture et consommation sera plus rapide : « Cela m’étonnerait qu’on ait les premiers effets sous ce mandat », annonce-t-il.

Malgré tout, il faut bien commencer. Ainsi la CDC Aunis sud et ses homologues d’Aunis Atlantique et de l’agglomération de La Rochelle planchent de concert sur un Projet alimentaire territorial (PAT). « La Chambre d’agriculture 17 s’est dévoilée récemment et de plus longue date les associations du territoire qui se sont interrogées sur les circuits d’alimentation », poursuit le président. Ce PAT vise à développer des circuits alimentaires locaux en apportant aux producteurs des débouchés durables ; mais aussi aux consommateurs une offre locale et de qualité.

Pour en savoir plus, lisez L’HEBDO du jeudi 17 septembre, disponible en version numérique sur :

Édition du 17/09/2020



Les commentaires sont fermŽs !