Breuil-la-Réorte : dernier voyage pour le petit bus vert

Publié le 11 juillet 2015 | Chez nous | Surgères et alentours

Bernard Marchand et Nadine Chollet avec l’incontournable bus de la commune.

Bernard Marchand et Nadine Chollet avec l’incontournable bus de la commune.

Vendredi 3 juillet, le petit bus vert de Breuil-La-Réorte effectuait son dernier voyage après 13 ans de service.

Le “petit bus vert” était devenu incontournable pour les enfants scolarisés au sein du RPI Breuil-la-Réorte/ Saint-Mard. Il permettait le ramassage des enfants de la commune et des petits hameaux alentour.
Oui mais l’arrêté du 13 octobre 2009 stipule que « tous les autocars devront être équipés de ceintures de sécurité et d’un éthylotest anti-démarrage à partir du 1er septembre 2015 », ce qui fait que le petit bus ne sera plus aux normes pour la prochaine rentrée. « Ces installations nous demanderaient un investissement de 10 000 € mais nous obligeraient à diminuer le nombre de places de 29 à 17, le bus deviendrait alors trop petit », explique Jean-Marc Neaud, présent parmi les nostalgiques ce jour-là, ainsi que Paul Giraud, 84 ans, ancien maire qui a connu les débuts du bus.

En septembre, c’est le conseil départemental qui reprendra le transport scolaire, son obligation étant d’effectuer uniquement le ramassage des enfants qui sont domiciliés à plus de 3 km d’une école du RPI. De ce fait, les enfants habitants à moins de 3 km ne seront plus pris en charge. « La solution serait d’acheter un bus neuf, mais ça coûterait 80 000 € et si nous pouvions avoir 20 000 € de subventions ça reviendrait bien trop cher à la commune », déplore le maire.

140 000 km au compteur
Parce que le bus de Breuil-La-Réorte c’est une longue histoire. L’école du village a été inaugurée en 1955 et l’équipe municipale a vite ressenti la nécessité d’avoir un bus afin que tous les enfants puissent venir à l’école. L’achat a été délibéré en 1960, plusieurs bus se sont ainsi succédé, jusqu’à l’arrivée du bus vert en 2002. Au fil du temps, il a effectué de nombreux ramassages scolaires, étendant chaque année son périmètre d’action. Il a également servi pour les trajets vers la piscine de Surgères et des sorties scolaires des 3 écoles. Mais ce service c’est aussi la présence de Nadine Chollet en tant qu’accompagnatrice matin et soir, d’abord en tant que bénévole de 1989 à 1993 puis de façon régulière depuis 2002. Et également Bernard Marchand, le troisième chauffeur en date, qui est arrivé en 2005 : « Notre bus vert n’a que 140 000 km au compteur mais à moi tout seul je lui ai en fait faire 110 000 km ». Le timing tombe mal pour Bernard qui sera en retraite dès décembre 2015.

A la rentrée, Nadine restera accompagnatrice 2 matinées par semaine dans le bus Kéolis et Bernard continuera d’effectuer des travaux pour la commune. Le bus, quant à lui, a encore un avenir indéfini : « Nous avons déjà reçu une offre de rachat, car il peut encore beaucoup servir. Mais pour le moment il va juste rester en stand-by », ajoute Jean-Marc Neaud. « Nous sommes toujours à la recherche d’une solution pour les enfants des écoles qui n’auront plus de petit bus vert à la rentrée ».
Plus qu’une page qui se tourne ou qu’un service qui n’est plus rendu, c’est également un des charmes de la campagne qui est perdu.



Laissez un commentaire

Vous devez etre connecté pour laisser un commentaire.