Charron : Marine Gilly à la coupe d’Europe de judo

Publié le 6 juin 2015 | Chez nous | Marans - Courçon et alentours

Marine à gauche, le 17 mai dernier à Lyon. (photo DR)

Marine à gauche, le 17 mai dernier à Lyon. (photo DR)

À la veille de partir disputer en Autriche la coupe d’Europe de judo, Marine Gilly est repassée par son club de Charron afin de se ressourcer.

Dimanche 17  mai, Marine Gilly était sacrée à Lyon, vice-championne de France de judo en juniors, catégorie des moins de 44 kg. Une première année dans cette catégorie qui démarre fort pour la cadette des sœurs Gilly : « J’ai gagné mes 3 premiers combats par ippon. En demie, je gagne d’une pénalité. En finale, par contre je perds une pénalité à 2 contre Shirine Boukli ».

Toutes deux membres du Pôle France, la première à Bordeaux et la seconde à Marseille, elles se retrouveront dimanche 7 juin sur les tatamis de Leibnitz en Autriche. Ce jour-là Marine compte bien prendre sa revanche : « Je dois gagner, tout au moins faire mieux que Shirine ». À la clef une sélection pour les championnats d’Europe qui se disputeront toujours en Autriche en septembre, mais également pour les championnats du Monde qui,  auront lieu à Abou Dabi (Emirats Arabes unis), à la fin de l’année.

Mais avant cela il y aura les épreuves du baccalauréat. Bénéficiant d’horaires aménagés en classe de terminal économique et social, l’athlète se dit plutôt confiante : « ça devrait le faire. L’année dernière j’ai eu 13 à l’oral de français, 10 à l’écrit et 13 en sciences. En septembre je pense continuer en DUT techniques de commercialisation ». Par la suite, Marine souhaiterait pouvoir intégrer L’Institut national du sport, de l’expertise et de la performance (Insep). Quant à son avenir professionnel, Marine le voit dans le milieu du marketing, mais pas forcément sportif.

Reste la famille, et là c’est 300 % judo. Il y a d’abord le papa Christophe, entraîneur au club de Charron. Puis la petite dernière Coralie qui s’est distinguée le 26 avril lors de la Coupe interrégionale minimes à Châtellerault (86). Mais il y a surtout la grande sœur Amélie qui en 2011 avait pris la 5e place des championnats du monde qui se disputait à Paris. Dimanche, Christophe sera du voyage. Comme à chaque fois d’ailleurs. Il ne sera pas au bord du tatami, mais dans les tribunes. Qu’à cela ne tienne : « Il est toujours derrière moi. Il me booste. Pendant le combat, de temps en temps j’ai un regard pour lui dans les tribunes. Mais pas trop longtemps au risque de me déconcentrer. Par contre j’entends sa voix, tellement il crie ».



Laissez un commentaire

Vous devez etre connecté pour laisser un commentaire.