Charron : Moul’stock, fin d’un quinquennat

Publié le 13 mai 2015 | Chez nous | Marans - Courçon et alentours

Moul’stock, c’était une nouvelle fois 5 000 festivaliers en 2014.

Moul’stock, c’était une nouvelle fois 5 000 festivaliers en 2014.

La 5e édition du festival musical Moul’stock sera la dernière avec, à la barre, les fondateurs que sont Christian Busselez et Christophe Azama.

Le festival de rock, Moul’stok, aura bien lieu, samedi 6 juin sur la petite scène charronaise. Mais pour ses fondateurs, « le festival a grandi trop vite et se trouve aujourd’hui à la charnière entre une organisation professionnelle et une organisation associative » celle-là même qui la porte depuis ses débuts.

Dire que cette nouvelle édition avait du plomb dans l’aile il y a quelques semaines, ne serait qu’à peine exagéré. Dire également que depuis sa 1re édition en 2010, le festival est porté par ses bénévoles ne fait pas l’ombre d’un doute. Cependant, les clefs de voûtes de l’événement ont décidé de tirer définitivement leur révérence au lendemain du 6  juin. Christian Busselez, un des deux coprésidents du comité des fêtes, organisateur de l’événement avait déjà rendu son tablier au cours de l’été passé. Seul restait encore à la barre son alter ego Christophe Azama. Christian Busselez souligne : « Il n’y avait pas grand-chose qui se décidait. Il y a un mois et demi, on s’est dit « allez on y va ». Alors avec Christophe on a repiqué au jus ».

Les deux compères ont retenu quatre groupes sur les 50 prétendants au chapitre. Cette année, les Rochelais du Rock Muséum Band ouvriront le bal dès 18 h, sur la scène installée face au marais. Les Big Banana leur emboîteront le pas et seront suivis des Saintais, Les Crogs. Il restera aux Poitevins les Lemon Furia de clôturer cette édition, qui devra laisser place à autre chose dans l’avenir.

Pour Christian Busselez et Christophe Azama, « Le temps est à passer la main. D’ailleurs on arrive tous les deux au bout de notre quinquennat, et on ne sollicitera pas un nouveau mandat… ». Quid donc de l’édition 2016 ? Restera-t-elle gratuite, comme cela est le cas depuis le début ? Qu’adviendra-t-il de la mobilisation de la centaine de bénévoles sans qui chaque année, le festival n’aurait pu se dérouler ?

Ni l’un ni l’autre aujourd’hui n’ont la réponse, mais ils font ce constat, « à Charron il n’y a pas de sous, et pourtant on se décarcasse. On ne va pas arrêter de vivre pour autant, car les gens attendent ce festival. Il faut qu’il soit accessible à tout le monde. Alors à chaque fois on est allés chercher des financements ».

L’édition 2015 est budgétée à hauteur de 50 000 à 60 000 €. 30 % de ce montant provient à parts égales de subventions obtenues auprès des collectivités et de partenariats noués avec des sponsors privés. L’équilibre se fait au travers des recettes provenant principalement de la restauration.



2 commentaires pour “Charron : Moul’stock, fin d’un quinquennat”

  1. Sauf erreur de ma part Il y a une erreur dans le nom de l un des groupes il s agit de Big Banana et non Big Mama

  2. Merci pour la remarque, l’erreur est réparée !

Laissez un commentaire

Vous devez etre connecté pour laisser un commentaire.