Economie

Daniel Chevreul, la filière laitière chevillée au corps

Publié le 26 octobre 2021 | Actualité | Economie | L'invité de L'HEBDO

Daniel Chevreul est le DG de Terra Lacta qui s’étend sur 18 départements et produit 610 millions de litres de lait de vache et 101 millions de lait de chèvre (© C.F.)

Le nouveau directeur général de Terra Lacta entame une carrière dans la coopération avec de nouveaux défis à relever dans le monde de l’après-Covid.

Après avoir évolué durant 30 ans dans le groupe Savencia, Daniel Chevreul plonge dans le monde coopératif, un peu de l’autre côté du miroir. Un nouveau défi lié à ceux de la première coopérative de Nouvelle-Aquitaine, basée à Surgères.

Vous êtes issus d’une famille d’agriculteurs, cela a-t-il été déterminant dans votre choix de carrière ?
Mes grands-parents étaient tous producteurs de lait. Mon père travaillait dans l’arboriculture. Et toute ma belle-famille est productrice de lait. J’imagine qu’on est plus ou moins influencé. Tout ce qui tourne autour du vivant quand j’ai démarré mes formations post-bac est quelque chose qui me passionnait. Tout ce qui tourne autour de la biologie et de l’agriculture aussi. Après, l’opportunité de stages et de formations m’a amené sur le secteur laitier où je me suis développé.

Quelle a été votre carrière en entreprise ?
J’ai commencé dans une coopérative laitière en Normandie. Au bout de trois ans, elle a passé un partenariat avec le groupe Savencia, c’est là que j’y suis rentré et j’y suis resté 30 ans.

Quels sont les prochains défis de Terra Lacta ?
Tout d’abord un enjeu de renouvellement de génération de producteurs de lait. On sait que dans la filière laitière française, 50 % des éleveurs ont plus de 50 ans. Dans les dix ans à venir, plus de la moitié va partir à la retraite. Un défi de renouvellement qui va avec l’installation des jeunes.

Pour en savoir plus, lisez L’HEBDO du jeudi 21 octobre, disponible en version numérique sur :

Édition du 21/10/2021