Des pâtes made in Breuil-la-Réorte

Publié le 26 décembre 2016 |

photo-encadre-stephane-peneaud

18 tonnes de pâtes par an

Actuellement, 30 tonnes de blé dur par an, produites sur l’exploitation, sont dédiées à la fabrication de 18 tonnes de pâtes.

Tout commence à la récolte : « On met de côté le meilleur blé dur de la ferme, avec le meilleur taux de protéines », explique Christophe Pacaud. Une partie du blé dur est transformée en farine à la minoterie de Courçon, l’autre à la ferme : « Notre meule permet de faire de la farine semi-complète pour des pâtes semi-complètes également », précise Christophe Pacaud. La farine est ensuite stockée en chambre froide pour une meilleure conservation.

Puis, finalement, le processus est assez “simple“: de l’eau est uniquement ajoutée. « C’est pourquoi notre marque se nomme Bléo, puisque nos pâtes sont du blé dur et de l’eau ! » Il fallait y penser. C’est une machine qui malaxe la farine et l’eau, puis le mélange est extrait à travers une filière qui donne la forme de la pâte. Ces dernières passent ensuite au séchage par le biais d’un processus à basse température, 55°: « Il faut une vingtaine d’heures de séchage alors que dans l’industrie, il est fait à haute température et ne dure qu’une à deux heures. Nos pâtes gardent ainsi une meilleure valeur nutritive. » A l’arrivée les pâtes possèdent 14,5 g de protéines pour 100 g : « Les pâtes classiques en ont entre 11 et 13 g ». Le résultat : les pâtes tolèrent mieux la surcuisson et le goût des céréales est vraiment présent (nous les avons testées !). Bléo propose 7 formes de pâtes différentes ainsi que plusieurs saveurs.