Échillais : fermeture pour la maternelle et la Poste ?

Publié le 3 juin 2015 | Chez nous | Rochefort et alentours

Selon le maire, il n’y a pas de fermeture prévue du bureau de poste.

Selon le maire, il n’y a pas de fermeture prévue du bureau de poste.

Menacés de fermeture, une classe de maternelles et le bureau de Poste de la commune devraient être maintenus. Mais le risque existe toujours.

La question avait été soulevée lors du dernier conseil municipal à Échillais : une classe de maternelle va-t-elle fermer ? De même que le bureau de Poste de la commune ? Les réponses ont été apportées par le maire, Michel Gaillot, lors du conseil du 20  mai.

La classe de maternelle était menacée de fermeture car le seuil requis par l’inspection académique, fixé à 117 élèves, n’était pas atteint. Mais un mois plus tard, le seuil a été dépassé, et le risque devrait même s’éloigner pour Échillais. En effet, 128 élèves ont été recensés par la directrice pour la rentrée de septembre, soit une marge relativement confortable pour maintenir la classe. Une marge d’autant plus large que la vente de 18 parcelles sur la future Zac de la Tourasse devrait assurer le maintien de l’effectif pour les prochaines rentrées, a expliqué le maire. « Mais si l’effectif devait diminuer pour une raison quelconque à la rentrée, le risque serait toujours présent », a-t-il néanmoins précisé. Autre fermeture avancée par l’opposition : celle du bureau de Poste. Le conseiller Patrick Fumeron avait questionné la majorité sur une possible fermeture du bureau échillaisien en avril. Mais pas d’inquiétudes là non plus, selon le maire : « La Poste est en très grande difficulté, mais il n’y a pas de fermeture prévue à Échillais ». Contrairement à Breuil-Magné, au nord de Rochefort, où le bureau de Poste a été externalisé. Mais la situation n’est quand même pas au beau fixe. « Il y a une baisse de 12 % de la fréquentation sur les activités de l’après-midi, a expliqué le maire. Cela concerne tous les bureaux de Poste, mais celui d’Échillais est plus touché ».

Enfin, il a été question du passage de l’instruction du droit des sols (qui concerne les permis de construire, d’aménager) des services de l’État à l’agglomération. Claude Maugan, adjoint à l’urbanisme, a annoncé une première estimation du coût annuel, basé sur le nombre de dossiers traités en 2013, à 4 800 €. Mais il a prévenu que le coût serait certainement plus élevé avec les futures constructions sur la Zac de la Tourasse.



Laissez un commentaire

Vous devez etre connecté pour laisser un commentaire.