Environnement : le frelon asiatique s’attaque à Echillais

Publié le 5 décembre 2015 | Actualité | Faits divers

Deux frelons asiatiques sur une ruche de Jean-Michel Menet, qui attaquent les abeilles lorsqu’elles sortent.

Deux frelons asiatiques sur une ruche de Jean-Michel Menet, qui attaquent les abeilles lorsqu’elles sortent.

Un nid de frelons asiatiques a été détruit vendredi dernier à Échillais, mais l’insecte a déjà causé d’importants dégâts dans des ruches voisines.

Il a malheureusement été repéré trop tard par Jean-Michel Menet, agriculteur qui possède quelques ruches. Les frelons asiatiques ont en effet attaqué ses abeilles et ont décimé l’une des ruches. « J’attends de voir les dégâts dans les autres », soupire-t-il. Les abeilles sont en effet l’une des proies favorites du frelon asiatique, qui n’hésite pas à pénétrer dans la ruche pour les attaquer. « Il se nourrit du corps des abeilles : il en attrape une, en général il lui coupe la tête et il emmène le corps pour nourrir ses petits, dans sa propre ruche », explique Jean-Michel Menet.

Si le nid a été découvert tardivement, c’est que le feuillage de l’arbre dans lequel il était accroché le camouflait, et l’automne particulièrement doux a rendu les insectes très actifs. C’est Jean-Michel Menet qui a d’ailleurs détruit le nid, mais il reste catégorique sur ce genre d’opération. « Il ne faut surtout pas le faire soi-même. Moi je l’ai fait car j’ai l’équipement pour et que je connais. Mais c’est dangereux, j’en avais cinquante autour de moi », prévient-il.

Il n’existe pas de prédateur naturel en France pour limiter la population de frelons asiatiques, sauf peut-être la poule. Néanmoins, une équipe de chercheurs du CNRS de Tours a découvert un parasite capable de tuer ces insectes. Le Conops vesicularis pond en effet ses œufs dans le corps des reines, et les larves se développent en dévorant les organes de leur hôte, tuant la reine et sa colonie.

Autre avancée à Nantes cette fois : le sarracenia. Cette plante carnivore est capable de digérer les frelons et les guêpes en les attirant dans son tube digestif. La découverte a été faite cet été au Jardin des Plantes de Nantes, qui a constaté que la plante ciblait particulièrement les nuisibles comme les mouches, les frelons et les guêpes, sans avoir d’impact sur les abeilles.

En cas de découverte d’un nid de frelons, il faut contacter un professionnel des services de désinfection, dératisation et désinsectisation (3D). Les sapeurs-pompiers ne se déplacent plus que pour les nids situés dans le domaine public et menaçant les tiers. En aucun cas il ne faut approcher le nid, sous peine de se faire attaquer. Un homme a d’ailleurs succombé à des piqûres de frelons asiatiques à Chaillevette, près de La Tremblade, la semaine dernière.



Laissez un commentaire

Vous devez etre connecté pour laisser un commentaire.