Feuilleton de l’été : histoire de la Corderie Royale

Publié le 6 août 2015 | Week-end

Episode 3 : A quoi ça sert une corderie ?

Désormais construite et stable, la Corderie Royale peut enfin se mettre au travail. Mais quel travail, au juste ?

La machine qui sert à commettre les cordages. Il faut imaginer qu’elle courrait sur toute la longueur du bâtiment.

La machine qui sert à commettre les cordages. Il faut imaginer qu’elle courrait sur toute la longueur du bâtiment.

Comme son nom l’indique, une corderie sert à fabriquer des cordes. C’est évident, mais c’est surtout tout un art et tout un savoir-faire. Il s’agit en effet de convertir de la fibre végétale en cordages résistants, et le processus pour y parvenir est assez complexe.

Il commence par la récupération de la fibre végétale, en l’occurrence du chanvre, qui est utilisée pour la fabrication des fils de carret. Ces fibres, grossièrement nettoyées après leur production, arrivent à la Corderie où elles sont soigneusement peignées pour en éliminer toutes les impuretés et traces d’écorce qui pourraient rester. Une fois filée, la fibre est mise en bobines qui sont descendues au rez-de-chaussée. C’est là que le travail va commencer.

Les fils de carret ainsi obtenus sont noués entre eux pour créer le toron, un assemblage torsadé de fils de carret. Cette première corde est la base des cordages dans les navires. C’est en effet le toron qui sert à créer les cordages, et ce, grâce à une machine en trois parties qui va permettre de torsader les torons entre eux (ce qu’on nomme le commettage), de manière plus ou moins rapide et serrée, pour produire différents types de cordages. Ces mêmes cordages qui peuvent d’ailleurs être commis une nouvelle fois ensemble pour en tirer de plus gros, et donc plus résistants, notamment pour les câbles d’ancres. Ce processus réduit néanmoins le cordage : pour réaliser une corde de 200 mètres, il faut utiliser 300 mètres de torons. D’où la longueur de la Corderie Royale.

Le cordage est la base d’un navire. Il en supporte en général une quarantaine de kilomètres pour toutes ses manœuvres : c’est donc pour ça que la Corderie Royale devient un atout stratégique majeur pour le royaume, d’où les importants moyens de défense mis en place le long de l’estuaire.

Mais après 200 ans de bons et loyaux (et royaux) services, la Corderie Royale va fermer ses portes. La technologie des bateaux à moteur et à vapeur, et surtout l’arrivée du câble métallique, vont en effet faire décliner son activité.



Laissez un commentaire

Vous devez etre connecté pour laisser un commentaire.