samedi, juillet 2, 2022
ActualitésFrançois Morel : “La musique a toujours été ma passion”

François Morel : “La musique a toujours été ma passion”

François Morel – Alors qu’il sera aux Francofolies de La Rochelle le 16 juillet, le comédien évoque son parcours et sa conférence chantée où il reprend les textes du poète breton Yves-Marie Le Guilvinec.

Lorsque l’on évoque son nom, beaucoup entendront d’abord une voix, bien connue des auditeurs de la matinale de France Inter, où il tient une chronique chaque vendredi. D’autres se souviendront peut-être davantage de son personnage de Monsieur Morel, le directeur de la fromagerie à l’accent inimitable de la série humoristique Les Deschiens, diffusé sur Canal + dans les années quatre-vingt-dix.

Comédien, chroniqueur et humoriste, François Morel possède pourtant une autre casquette un peu moins connue du grand public. Véritable amoureux de la chanson française, il a déjà enregistré cinq albums depuis 2006 et a joué dans plusieurs spectacles musicaux. Le dernier en date, Tous les marins sont des chanteurs, lui a donné l’occasion d’allier l’ensemble de ses talents pour faire redécouvrir des textes d’un poète et marin que l’on pensait définitivement oublié de l’histoire : Yves-Marie Le Guilvinec, né à Trigavou, près de Dinan, en 1870 et mort en mer à seulement 30 ans.

La chanson n’apparaît que tardivement dans votre carrière pourtant bien remplie. Qu’est-ce qui vous a donné envie de franchir le pas ?

La musique a toujours été ma passion. Lorsque j’étais adolescent, j’écoutais énormément Brassens, Barbara, Moustaki, Le Forestier ou encore Mireille et Jean Nohain. Artistiquement, je ne me suis jamais rien interdit, donc j’ai moi aussi écrit des textes. Un jour, j’en ai écrit un pour le compositeur et pianiste Reinhardt Wagner. C’est là que tout s’est accéléré car dans la foulée, j’ai été sollicité par Jean-Michel Ribes qui m’a proposé de faire un spectacle musical au théâtre du Rond-Point à Paris.

Comment avez-vous réagi ?

J’ai accepté à condition qu’il assure la mise en scène car si jamais mes performances de chanteur étaient trop médiocres, le comédien pourrait toujours reprendre le dessus (rire). Pour moi, ça n’est pas si différent de ce que je peux faire au théâtre. Sur scène, on interprète un personnage et j’aime beaucoup raconter des histoires en trois minutes.

Comment est né le spectacle Tous les marins sont des chanteurs ?

Tout a commencé lorsque le festival Ciné salé, qui se déroule au Havre, m’a contacté pour que je fasse partie de la programmation et que je conclus l’événement de façon festive. Ils m’avaient demandé de chanter des chansons de marins. On m’a proposé de faire des reprises, notamment de Renaud mais j’ai eu envie de faire quelque chose de plus original. Du coup, j’ai eu l’idée de reprendre et de mettre en scène des textes d’Yves-Marie Le Guilvinec.

“J’ai été un fidèle de La Coursive, à La Rochelle”

Pourquoi lui ?

Parce qu’il raconte des choses que je trouve très intéressantes sur le quotidien des marins. Ces personnes n’ont vraiment pas une vie facile, elles doivent s’absenter de long mois, loin de chez elles et de leurs proches. Je trouve qu’Yves-Marie Le Guilvinec évoque d’une belle manière les départs, les retrouvailles et des petits concentrés de vie très importants des moments où il se trouve en mer.

Pouvez-vous nous décrire la démarche artistique en quelques mots ?

Étant donné que je raconte des histoires, le spectacle prend une forme assez différentes des autres que j’ai pu faire. Il se déroule comme une conférence où je suis accompagné par des musiciens que je connais bien puisqu’ils étaient déjà avec moi pour J’ai des doutes, mon spectacle consacré à Raymond Devos.

Vous êtes natif de Normandie, très attaché à la Bretagne et vous semblez aimer la mer. Connaissez-vous la Charente-Maritime ?

Bien sûr, j’y ai très souvent joué. J’ai été un fidèle de La Coursive, à La Rochelle. Cela a été important pour moi. C’est un beau public, une belle salle. J’ai également fait plusieurs fois les Francofolies et je vais y retourner cette année pour un concert de reprises de chansons de Brassens, dans le cadre d’un album de duo que j’ai enregistré avec Yolande Moreau.

Vous avez donc retrouvé votre partenaire des Deschiens, qui vous a permis de vous faire connaître au grand public. 20 ans après la fin de ce programme, cela ne vous étonne pas qu’autant de gens vous en reparlent ?

Cela commence effectivement un peu à dater mais j’en garde de très bons souvenirs. Je suis resté ami avec tous les comédiens et lorsqu’on m’en parle, je l’évoque toujours avec plaisir même si aujourd’hui, j’ai l’impression qu’on me parle tout autant des Deschiens que des chroniques sur France Inter car je pense que cela m’a permis, entre autres, de rendre ma voix facilement reconnaissable. J’ai eu l’occasion d’effectuer plusieurs fois des doublages pour des films d’animation. Cela m’amuse beaucoup car lorsque l’on joue 300 représentations par an, faire quelque chose de rapide, de ponctuel, c’est vraiment très agréable et je pense que le public arrive désormais à me repérer lorsque je me prête à cet exercice. […]

👇 Retrouvez notre entretien complet dans l’édition du jeudi 26 mai.

Articles populaire

À la une

Rester Connecter

7,611FansJ'aime
3,010SuiveursSuivre

Abonnez vous

AccueilActualitésFrançois Morel : “La musique a toujours été ma passion”
ARTICLES LIÉES