Futuroscope : Sid et Scrat en 4D

Publié le 4 janvier 2016 | Week-end

A l’entrée de l’attraction, on vous tend une fausse fourrure à glisser sur vos épaules pour combattre les frimas de l’Âge de Glace.

A l’entrée de l’attraction, on vous tend une fausse fourrure à glisser sur vos épaules pour combattre les frimas de l’Âge de Glace.

Scrat, Sid et tous les personnages de l’Âge de Glace sont les héros d’une nouvelle attraction au Futuroscope.

Enfilez votre peau de bête, glissez vos lunettes polarisées sur le nez et partagez une aventure avec Sid et tous ses amis. On parle bien là de partager car cette nouvelle attraction intitulée “L’Âge de Glace, le temps des dinosaures, l’expérience 4D“ éveille tous les sens : face à l’écran, les spectateurs munis d’une fausse fourrure sur les épaules pour lutter contre les flocons de neige qui envahissent la salle, bougent au gré des péripéties des personnages puisque le sol vibre ou se dérobe sous leurs pieds ; le souffle d’un T-Rex balaye leurs cheveux en arrière ; une pluie de framboises vient frôler leur visage…

Une attraction qui s’adresse à toute la famille, sans limite de taille et qui peut accueillir jusqu’à 280 spectateurs par séance. Les concepteurs ont ainsi voulu que le public vive une immersion totale dans le monde de l’Âge de Glace : « C’est une expérience collective dans une atmosphère humoristique », résume Olivier Héral, directeur artistique du Futuroscope.

Sid au milieu de la foule pose devant les objectifs…

Sid au milieu de la foule pose devant les objectifs…

Il a fallu plus de 18 mois à l’équipe du parc pour concevoir cette attraction -les trois derniers mois ayant été consacrés à sa réalisation même- sous l’œil attentif de la Century Fox détentrice des droits du film : « La Fox nous a proposé le film, et c’était à nous de jouer avec. Ils ont été très vigilants à ce qu’on respecte les codes et l’image du film et des personnages », commente Adrien Rabat, chef de projet. Les deux pilotes de cette aventure assurent la nouveauté des effets 4D : « Nous avons voulu que notre attraction propose le plus d’effets spéciaux possible. On a joué sur leur multitude pour tromper l’esprit. »

Une attraction qui aura coûté un peu moins de 2 millions d’euros au parc pour une durée de vie de « 5 ans sûrs », précise Olivier Héral : « C’est un peu le public qui décide quand on change d’attraction », ajoute-t-il. En tout cas celle-ci répond au « fun, festif et familial » voulu par le parc et qu’a rappelé Dominique Hummel, le président du directoire du Futuroscope.

Carine Fernandez



Laissez un commentaire

Vous devez etre connecté pour laisser un commentaire.