Iznogoud, moi, Calife… un collector !

Publié le 24 octobre 2021 | Le magazine de L'HEBDO | Week-end

Nicolas Tabary dit au revoir à sa façon à Iznogoud (© C.F.)

Le nouvel album d’Iznogoud vient de sortir dans les librairies. C’est le dernier en date mais aussi le dernier qui sera dessiné par un Tabary.

« C’est le dernier que je dessinerai », lance Nicolas Tabary pour ce p’tit dernier qui s’appelle Iznogoud, moi, Calife… (IMAV éditions).

Retour en 1962, année qui verra la sortie du premier opus, Le grand vizir Iznogoud, dont le scénario est signé René Goscinny et les dessins Jean Tabary. Une collaboration qui durera une quinzaine d’années pour le plus grand plaisir des fans de ce petit personnage qui veut être calife à la place du calife. Un gimmick qui assurera le succès de cette bande dessinée truculente et qui passera dans le langage courant.

À la disparition de Goscinny en 1977, Jean Tabary poursuit l’aventure jusqu’à des problèmes de santé qui l’empêcheront de dessiner. C’est à ses enfants qu’il confie l’avenir de son rejeton de papier. Muriel Tabary-Dumas et Stéphane Tabary tiendront les rênes du scénario et Nicolas Tabary celles du dessin pour l’album Les mille et une nuits du Calife en 2008 aux éditions Tabary qui avaient été créées en 1979 à Pont-L’Abbé-d’Arnoult. « Mon père était à côté de moi quand je dessinais », raconte avec émotion Nicolas Tabary.

Pour en savoir plus, lisez L’HEBDO du jeudi 21 octobre, disponible en version numérique sur :

Édition du 21/10/2021