JMJ Cracovie : l’émotion des fidèles charentais-maritimes

Publié le 9 août 2016 | Actualité | La semaine

Le pape François a salué les fidèles tous les soirs avant de rejoindre sa résidence

Le pape François a salué les fidèles tous les soirs avant de rejoindre sa résidence

Une délégation du diocèse de Saintes et de La Rochelle a participé, la semaine dernière, aux journées mondiales de la jeunesse de Cracovie (Pologne). Les jeunes ont pu conforter leur foi et côtoyer le Pape François.

Monseigneur Georges Colomb, évêque de Saintes et de La Rochelle, en convenait aisément, les 90 jeunes chrétiens charentais-maritimes étaient « un petit troupeau » dans la masse des Français présents à Cracovie (voir aussi notre édition de la semaine dernière). Avec 35 000 pèlerins, la France était la deuxième nation la plus représentée, derrière la Pologne évidemment, à ces JMJ. Mais s’ils n’étaient que 90, les Charentais-Maritimes ont goûté pleinement cet événement à l’image du Surgérien Thibault Landré. Présent deux semaines en Pologne (une semaine dans une paroisse puis les sept derniers jours à Cracovie), ce trentenaire a apprécié la rencontre avec ces jeunes venus de toute la planète. « Nous avons eu des échanges très riches et je resterai en contact avec quelques personnes », se réjouit Thibault Landré qui a vu dans ces JMJ une occasion « de secouer les codes de l’Eglise et aussi de bousculer les idées reçues sur notre religion. »

Bien loin du confort
Entre catéchèses, échanges entre jeunes et l’évêque Colomb (très présent lors de ces JMJ), de très longues marches entre les différents sites de Cracovie, l’emploi du temps de la délégation a été très dense. Hébergés dans des conditions spartiates (ils ont dormi à même le sol dans des écoles, mangé des sandwichs pendant une semaine), ces jeunes croyants ont été confrontés à un dénuement, proche des pèlerins. Habitués à un certain confort, ils se sont parfaitement adaptés à ces changements. Un de ces jeunes nous a même confiés « je me suis senti dans la peau d’un réfugié… ».

Le Surgerien Thibault Landre a apprécié ces JMJ.

Le Surgerien Thibault Landre a apprécié ces JMJ.

« Une grande fraternité »
Le curé de Surgères Mickaël Le Nezet assistait, lui, à ses cinquièmes JMJ et il a été marqué par « la grande fraternité » qui a régné lors de ces quelques jours en Pologne. Il a même été envahi par les larmes au lendemain de l’assassinat du père Hamel à Saint-Etienne-du-Rouvray. « C’était lors de la messe inaugurale et tous les prêtres présents se sont levés pour lui rendre hommage, c’était un moment très fort… ».

Parmi les autres séquences vécues par la délégation charentaise-maritime, les visites du Pape François ont été saluées. L’homme d’Eglise a apprécié « ce pape qui sait parler aux jeunes et qui sait aussi faire un bon usage du silence. » Le Pape François n’a en effet pas prononcé un seul mot lors de sa visite il y a une semaine du camp d’extermination d’Auschwitz (à quelques kilomètres de Cracovie). « Dans un seul geste, on peut en dire beaucoup plus que tous les bavardages, », a estimé le père Mickaël Le Nezet.

De gauche à droite : Pauline, Clara et le père Le Nezet.

De gauche à droite : Pauline, Clara et le père Le Nezet.

En pleurs devant le Pape
Clara et Pauline, deux jeunes de Surgères elles aussi, ont reconnu avoir été submergées par l’émotion lorsqu’elles ont vu le Pape François. « Je me suis effondrée en larmes », a admis Clara. L’équipe du diocèse de Saintes et de La Rochelle dispose maintenant d’un beau défi à relever : celui de transmettre l’esprit des JMJ aux paroissiens de Charente-Maritime. Monseigneur Colomb, nouvel évêque, compte bien « surfer » sur cette vague constatée en Pologne et a d’ores et déjà annoncé des projets pour attirer les jeunes fidèles dans les églises de Charente-Maritime. « L’église Saint-Sauveur de La Rochelle sera notamment dédiée aux jeunes… », a révélé l’évêque en Pologne.

Philippe Brégowy



Laissez un commentaire

Vous devez etre connecté pour laisser un commentaire.