JO 2024 : la candidature de La Rochelle tombe à l’eau

Publié le 11 septembre 2015 | Actualité | La semaine

Jean-François Fountaine, accompagné de l’adjointe aux sports Catherine Léonidas, doutent de l’impartialité du président du Comité national olympique et sportif français.

Jean-François Fountaine, accompagné de l’adjointe aux sports Catherine Léonidas, doutent de l’impartialité du président du Comité national olympique et sportif français.

Si l’été prochain, Paris venait à être désignée comme la ville accueillant les Jeux Olympiques de 2024, ce serait alors la ville de Marseille, et non La Rochelle, qui l’accompagnerait afin de recevoir les épreuves de voile.

Ainsi en a décidé, lundi 7 septembre, le conseil d’administration du comité de candidature de Paris 2024. Par deux fois déjà, en 2008, puis en 2012, la ville de La Rochelle avait été retenue pour accueillir les épreuves de voile olympique. L’histoire ne se répétera donc pas, la candidature de la ville de Marseille ayant été préférée à celle des cinq autres en lice (La Rochelle, Hyères, Brest, Le Havre et la Baie de Quiberon).

« La compétition est serrée entre les six sites », reconnaissait Jean-François Fountaine, le maire de La Rochelle au cours du mois d’août. Aujourd’hui, l’ancien sélectionné olympique en 470* est amer, « c’est une bien triste journée pour la voile française ». Il pointe du doigt « la non prise en compte de l’aspect purement sportif » dans le choix fait par le conseil d’administration du comité et met en avant des conditions météo aléatoire sur le plan d’eau marseillais, alternant entre périodes de calmes et de Mistral.

Mais là où le bât blesse tout particulièrement pour l’édile, c’est qu’il lui semble que la méthode employée pour cette désignation est « un choix fait et préparé pour la ville de Marseille ». Et de souligner des fuites dans les médias depuis quelques jours, annonçant la possible désignation de la cité phocéenne- alors que la plupart des membres du conseil d’administration n’avaient pas eu lecture du rapport avant le vote final-.

« A Marseille, ils vont devoir construire un port »
Jean-François Fountaine allant jusqu’à mettre en doute l’impartialité de Denis Masseglia, président du Comité national olympique et sportif français depuis 2009, mais aussi marseillais de naissance. « Les bras m’en tombent, conclut le maire. Il fallait présenter un projet avec le minimum de dépenses. Ce qui était le cas de la ville de La Rochelle. À Marseille, ils vont devoir construire un port… ».

Lundi 7 septembre, Marseille a gagné une bataille, dans une partie que certains ne semblent pas avoir trouvé équitable. Le sort de la cité phocéenne est maintenant lié à celui de Paris pour l’organisation des JO de 2024. Le comité olympique international rendra son verdict à Lima (Pérou) au cours de l’été prochain.

De son côté, La Rochelle devra se contenter, dans un futur proche, de l’organisation de la semaine olympique française de voile qui se déroulera du 5 au 10 octobre.

*Compétition de dériveur dont la longueur fait 4,70 mètres de long.



Laissez un commentaire

Vous devez etre connecté pour laisser un commentaire.