La Grève/Mignon : inquiétudes des sociétés de pêche

Publié le 3 janvier 2017 | Chez nous | Marans - Courçon et alentours

Le président Chaigneau et le vice-président Challet présentent les activités de l’AAPPMA

Le président Chaigneau et le vice-président Challet présentent les activités de l’AAPPMA

L’assemblée générale de l’association AAPPMA* de la Grève-sur-Mignon a été l’occasion, pour ses adhérents et ses administrateurs, de s’inquiéter du renouvellement des bénévoles mais aussi des dangers qui guettent le milieu aquatique.

Avec de nouveaux baux de pêche sur les communes de La Ronde-Taugon, la mise en place d’un atelier pêche nature et la gestion calamiteuse de l’eau sur les bassins du département, les sujets ne manquaient pas pour cette assemblée générale.

Mais c’est assurément la gestion de l’eau et des milieux aquatiques qui interpellent les pêcheurs, un problème majeur qui dépasse le simple cadre de la pêche.

« Quand on a vu l’état des cours d’eaux, on a bien compris que cela allait être catastrophique ; nous avons échangé avec les AAPPMA du département et j’ai alerté les services de l’Etat », a déclaré le président départemental Gilles Brichet avant de donner lecture des différents courriers. Dans ces courriers, il est bien noté et reproché, que les cours d’eaux du département offrent un spectacle de désolation insupportable : « Il n’est plus possible de satisfaire les besoins de quelques-uns sans tenir compte de la ressource ».

Les rencontres qui s’en sont suivies ont permis aux AAPPMA de siéger aux comités de bassins, lesquelles devraient revoir les seuils de débit et de gestion de l’eau… « comités dont on attend, sans grands espoirs, les réunions avec le nouveau problème du remplissage des « bassines »…car il n’y a pas d’eau ; peut-être irons-nous au tribunal administratif ! »

C’est en tout cas une association en bonne santé qu’a présenté le président Christian Chaigneau et son vice-président Guy Chollet. Si financièrement les résultats accusent un léger déficit, pour un budget avoisinant les 10 000 euros, la trésorerie est saine. L’ensemble des activités de l’association consiste en l’animation des étangs du Marais Madame, la gestion des cours d’eau (empoissonnement), l’entretien de la maison de la pêche (1 000 € de subvention de la députée) et la brocante annuelle.

Si la location des étangs pour la pêche à la truite est encore bénéficiaire, leur gestion technique pose soucis par manque de bénévoles. Le débat autour du bénévolat s’est instauré mais chacun s’est accordé à dire que c’est un état de fait général et qu’il faut communiquer sur les actions développées. Ainsi, la création de l’école de pêche en partenariat avec le Pôle Nature de Taugon et la CDC est de bon augure pour l’animation de la structure. Un animateur sera mis à disposition, tandis que la CDC propose un transport des étudiants sur les lieux de pêche.

* Association Agréé de Pêche et de Protection des Milieux Aquatiques



Laissez un commentaire

Vous devez etre connecté pour laisser un commentaire.