La Rochelle : des sacs pour retrouver le monde du travail

Publié le 28 décembre 2017 | Chez nous | La Rochelle et alentours

Anne Naudet et l’une des salariées de Remise à flot

Remise à flot est un chantier d’insertion consacré à la fabrication de sacs et petits éléments de décoration, qui se trouve rue du Québec.

Lancé par le centre social de Port Neuf dans un petit garage en 2008, le chantier d’insertion a bien grandi au fil du temps. Depuis 2015, son fonctionnement est coordonné par l’association Blan’cass de Périgny. Trois personnes s’occupent de sa gestion quotidienne : Olivier Cartallier, accompagnateur socio-professionnel, Anne Naudet, styliste, et Séverine Bonamy, maroquinière.

Les salariés travaillent à partir de bâches de camions, voiles de bateau, chutes de tivoli, chambre à air ou encore bâches publicitaires. Ils récupèrent ces éléments localement auprès d’entreprises, collectivités ainsi que de particuliers et fonctionnent avant tout sur du circuit court. Les quantités et la taille des éléments varie, et il faut les nettoyer un peu avant de les transformer. “Avec Séverine, nous sélectionnons les couleurs, les matières, les textures et les assemblons pour créer les sacs“, raconte Anne Naudet.

L’atelier reçoit de plus en plus de demandes de séries de la part d’entreprises pour leurs clients. Remise à flot est une marque déposée avec sa propre ligne de création : “On crée deux gammes par semaine et nous avons une soixantaine de modèles que nous déclinons“. Chaque création est unique. Les personnes en insertion fabriquent le sac du début à la fin (4 à 5 heures de travail).

Pour entrer dans l’atelier, le projet doit être validé par Pôle Emploi et doit correspondre aux besoins des publics. “Nous recrutons les personnes via Pôle Emploi en contrat à durée déterminée d’insertion de 4 mois, que l’on renouvelle ensuite jusqu’à 24 mois maximum. Nous n’avons pas de critère professionnel pour le recrutement des personnes. Il faut qu’elles aient l’envie d’avancer et de travailler sur un projet. Aujourd’hui 17 salariés travaillent chez nous et l’on en a environ 30 sur une année“, explique Olivier Cartallier.

L’objectif de la structure est la mixité sociale avec des salariés allant de 18 à 60 ans. Elle veut aussi susciter l’entraide. L’apprentissage pour les personnes n’ayant pas de compétences en couture est de 3 semaines à un mois.



Laissez un commentaire

Vous devez etre connecté pour laisser un commentaire.