La Rochelle : spectacle de haut vol

Publié le 9 juin 2016 | Chez nous | La Rochelle et alentours

80 000 spectateurs sont attendus à La Rochelle pour le Read Bull Cliff Diving.

80 000 spectateurs sont attendus à La Rochelle pour le Read Bull Cliff Diving.

Le 23 juillet, 14 plongeurs se jetteront de la Tour Saint Nicolas. L’étape certainement la plus complexe des neuf que compte le Read Bull Cliff Diving.

Sorte de tour mondial du plongeon extrême en milieu naturel ou urbain, le Read Bull Cliff Diving a été créé en 2009. À cinq reprises déjà la compétition s’est arrêtée à La Rochelle. Une nouvelle étape est prévue samedi 23 juillet. 14 plongeurs s’élanceront à trois reprises entre 18 h et 20 h 30, d’une plate-forme spécialement installée pour l’occasion à 27 mètres au-dessus de la mer sur la Tour Saint Nicolas. Trois secondes plus tard, ils toucheront la surface de l’eau à une vitesse estimée entre 90 et 100 km/h.

Pour Stéphane Bezian, organisateur du Read Bull Cliff Diving, l’étape Rochelaise est singulière : « la particularité à La Rochelle est de ne pas plonger face à la mer, mais face à la foule et à l’architecture du vieux port ». Et il faudra compter sur les spectateurs. Ils étaient 45 000 lors de la première édition en 2009, puis 70 000 en 2015. 80 000 sont attendus cette année, peut-être plus. « L’espace est ouvert. Aux Rochelais et aux touristes présents ce jour-là, de s’approprier à leur manière le Vieux Port. Et puis il y a aussi le quai le long de la médiathèque. L’année dernière, des spectateurs s’y étaient installés », explique le maire de La Rochelle, Jean-François Fountaine. Un endroit certes qui n’offre pas un visuel sur la compétition, mais sur un écran géant placé sur le parking Saint-Jean-d’Acre, qui relaiera en direct, les sauts des plongeurs. Deux autres seront également installés sur le Vieux Port.

Parmi les plongeurs présents à La Rochelle, Gary Hunt fera figure d’épouvantail. L’Anglais installé en France depuis 6 ans maintenant, ne compte pas moins de cinq couronnes mondiales à son palmarès. Il s’est également imposé à trois reprises à La Rochelle. « La Rochelle c’est un véritable challenge. Il y a quelque chose de spécial ici. C’est très différent, car nous ne plongeons pas devant une mer dégagée. Et puis il y a tous ces spectateurs qui d’un seul coup d’un seul, se taisent quand le plongeur s’élance », explique-t-il. Des sauts qui ne laissent pas la moindre place à l’erreur. Pour cela les plongeurs s’entraînent tout au long de l’année dans des conditions particulières. C’est le cas de Garry Hunt, « dans le monde, il n’y a pas de plongeoirs de 27 mètres installés en permanence. C’est une question de sécurité. Moi je vis à Montreuil (région parisienne). Je m’entraîne avec l’équipe de France de plongeon à 10 mètres, et également à l’Insep (Institut national du sport, de l’expertise et de la performance), pour la musculation. En fait durant le Read Bull Cliff Diving, où la hauteur de plongeon est de 27 mètres sur tous les spots, et bien c’est comme si à chaque saut, nous enchaînions trois plongeons de 10 mètres… ».

À noter que les plongeurs feront des sauts d’essai jeudi 21 et vendredi 22 juillet. Le début de la compétition officielle aura lieu le lendemain à partir de 17 h 30.



Laissez un commentaire

Vous devez etre connecté pour laisser un commentaire.