Landes : de l’Airbus au Petit Gris

Publié le 16 septembre 2015 | Week-end

Un comité d’accueil attendait avec impatience l’arrivée d’Allain Roché, à la ferme familiale de ses parents à Lusseau, près de Landes.

Un comité d’accueil attendait avec impatience l’arrivée d’Allain Roché, à la ferme familiale de ses parents à Lusseau, près de Landes.

Allain Roché, 63 ans, a été accueilli en héros, samedi 5 septembre, dans son village natal de Lusseau, près de Landes, après un périple de 522 km sur son tracteur Ferguson de 1957.

Cet ancien officier mécanicien naviguant pour Air France a vécu une aventure tout à fait singulière. Parti le 17 avril dernier de Boissy-sous-Saint-Yon dans la région parisienne, où il vit, ce jeune retraité passionné de mécanique agricole a parcouru 12 étapes pour rallier son village natal, un hameau, d’ordinaire calme et paisible. Mais ce samedi, près de 80 personnes attendaient avec impatience l’arrivée de leur héros. « Ça fait revivre Lusseau », pouvait-on entendre dans la foule. C’était donc fête au village avec accordéon, danses folkloriques, chansons charentaises et même le braiement de l’âne.

Son Petit Gris (surnom donné à ce tracteur emblématique des années 1950) est devenu une pièce de collection à part entière. Et pourtant, lorsqu’il l’a acheté en 2009, ce n’était qu’un « tas de ferraille ». « Il ne démarrait plus. J’ai dû démonter toutes les pièces et les remonter », explique Allain Roché. « Le challenge était de le refaire à l’identique, en étant fidèle à sa sortie d’usine en 1957 », rajoute-t-il.

Un retour au pays
Un retour 55 ans en arrière pour celui qui est resté un grand enfant. « Mon père avait des vignes et a toujours été en avance sur la modernisation. A 8 ans, je conduisais déjà les tracteurs ». Et depuis, cette passion ne l’a jamais quittée. A première vue, tout semble éloigner sa passion de son ex-profession. Pourtant, selon Allain Roché, les deux ne sont pas si différents que l’on pourrait penser. « Il y a l’aspect mécanique en commun. Puis, tous les deux sont tributaires des éléments, que ce soit l’aviateur ou l’agriculteur ». Il y a quand même une différence majeure. « Je roule à 15-20 km/h de moyenne au lieu de 900 km/h », lance en souriant Allain Roché. De son périple, Allain Roché retient « les petits chemins, ces rencontres si riches en émotion, et cette France si belle ». Après l’effort, le réconfort pour le Petit Gris, avec un repos bien mérité.