Le choix de L’HEBDO : ces métiers rares qui pullulent

Publié le 5 janvier 2017 | Actualité | Le choix de L'HEBDO

Travail studieux pour les brodeuses du Bégonia d’Or

Travail studieux pour les brodeuses du Bégonia d’Or

Dans leur spécialité, ils sont seuls ou très peu. Ils ont inventé leur métier, perpétuent un savoir-faire ancien ou se sont spécialisés dans une niche d’activité récente. Tour d’horizon non exhaustif.

Depuis le mois de septembre entre Saintes et Matha, Emilie Coudret est accompagnatrice… d’animaux de compagnie. En l’absence de leurs maîtres, Elle leur rend visite, les nourrit et les sort se dépenser. Elle est l’unique professionnelle du département dans ce secteur d’activité. Comme elle, ils sont nombreux en Charente-Maritime à s’activer dans des filières rares.

Les « inventeurs »
À l’image d’Emilie, certains ont inventé leur profession. À Soubise, Eric Bruneteau fabrique du pâté de ragondin sous la marque Myocastor. À Périgny Jean-Luc Saunier (Ovive) récupère les coquilles d’huîtres chez les professionnels pour les besoins « en amendement calcaire des terres agricoles comme pour fabriquer du fil d’imprimante 3D » explique-t-il. À St-Genis-de-Saintonge se trouve l’unique producteur d’esturgeons du département et l’un des derniers en France, Sturgeon. Pourtant, malgré la rareté de leur activité, certains doivent affronter une « rude » concurrence.

Ainsi ils sont… deux éleveurs d’autruches, deux producteurs de spiruline (une algue excellente pour la santé), deux « saleurs » de charcuterie ou encore trois producteurs de safran, etc. Quant aux producteurs d’escargots petits gris, nos « lumas » chéris, ils sont une dizaine.

Des références nationales
À l’inverse d’autres professionnels perpétuent un savoir-faire ancestral. Ils sont nombreux dans ce cas, comme le vinaigrier Laurent Agnès à Saint-Martin-de-Juillers, qui fournit « les plus grandes tables de Paris », le fabricant de jonchées Erick Jarnan à Saint-Nazaire-sur-Charente ou encore le Bégonia d’or à Rochefort, spécialisée dans la broderie d’or pour l’horlogerie, la haute couture ou encore la décoration intérieure.

La sellerie Antarès, à Saintes, fabrique de selles de cheval de très haute qualité et l’Atelier Quillet, à Loix-en-Ré, est devenu LA référence nationale en matière de reliure de livres anciens (Cf. ci-dessous). Et que dire D’escabelle, à Marsilly ? Si tout le monde a une cuisine chez soi, très peu peuvent s’offrir pareil équipement sur mesure et haut de gamme, dont le prix peut varier de 100 000 à un million d’euros.

Le gérant, Jean-Luc Régnier le reconnaît, « une partie de nos clients apparaît régulièrement dans le classement des plus grandes fortunes mondiales de Forbes ».

Ecloserie d’Alevins
Idem pour les caravanes de forain de la famille Laurent à Chevanceaux, qualifiées de « Rolls » du marché. Dans sa partie, la Ferme marine du Douhet, la seule écloserie d’alevins du département, se pose également en référence nationale. Enfin la Charente-Maritime comptait aussi l’unique éleveur d’oursins de France. Mais celui-ci a malheureusement fermé ses portes récemment. La rareté n’est pas forcément un gage de pérennité.



Laissez un commentaire

Vous devez etre connecté pour laisser un commentaire.