Marans : le street-fishing, c’est tendance

Publié le 13 août 2016 | Chez nous | Marans - Courçon et alentours

Une pêche active et pratiquée jusque dans les moindres recoins de la ville.

Une pêche active et pratiquée jusque dans les moindres recoins de la ville.

 

Pêcher en centre-ville, voire dans des lieux insolites, les Japonais en sont particulièrement friands. Une tendance arrivée en France il y a quelques années et à découvrir en Aunis.

Amateurs de pêche traditionnelle, habitués à taquiner le goujon assis pendant des heures sur un pliant, cet article devrait vous faire grincer des dents. Car tout commence par une balade en centre-ville, sac sur le dos, canne à pêche très légère en main et leurres fluo frétillants comme un gardon en guise d’esches. Objectif : prendre le plus grand nombre de petits carnassiers possibles en un maximum d’endroits. Les street-fischers ne passent guère plus d’une minute ou deux par spots. Puis immortaliser ses prises en vue d’alimenter les réseaux sociaux, avant de les remettre à l’eau. Le street-fishing ou pêche en ville, a pris son essor notamment grâce à l’essor des réseaux sociaux.

La plus grande longueur de poissons pêchés

« Forcément les pêcheurs traditionnels assis des heures à la même place ne nous voient pas toujours forcément d’un très bon œil », confiait mardi 9 août au matin à Marans, le moniteur et guide de pêche, Gilles Daverdon. Depuis plusieurs années maintenant, l’Office de tourisme Aunis Marais poitevin (OTAMP), propose en été des animations autour de la pêche. Cette année son choix s’est donc porté sur le street-fishing. Une découverte active d’une durée de 2 h 30, et proposée à Marans sur les bords de la Sèvres et ses bras. Sur un parcours, “no-kill“, (le poisson doit obligatoirement être remis à l’eau après sa prise), il est donc question de traquer les perches, brochets et autres black-bass, certaines fois jusque dans de minuscules trous de souris. Un courant nouveau pour un mode pêche très tendance selon Gilles Daverdon : « Il vous faut deux cannes, une Française et une Américaine, le tee-shirt, une casquette et ne pas oublier les lunettes polarisantes. De plus en plus de jeunes pratiquent le street-fishing. A Saintes il y a même un concours chaque année ou après tirage au sort les prêcheurs partent en binômes. Tous ont une règle graduée et mesurent leurs prises. Celui qui gagne est celui qui a pêché la plus grande longueur de poisson… ».

Tout au long de l’année, Gilles Daverdon organise dans le Marais poitevin, en eau douce ou en bords de mer des stages autour de la pratique de la pêche.

Renseignements sur www.peche-marais-poitevin.fr



Laissez un commentaire

Vous devez etre connecté pour laisser un commentaire.