Le Thou : l’Arozoaar sème des graines pour un lien solidaire

Publié le 1 mai 2017 | Chez nous | Surgères et alentours

Philippe Marciak, Fabienne Pouyadou et Emmanuel Marchand

Le site de la Ferme du Mont d’Or, au Thou, est en train de se créer un nouveau jardin de Cocagne, l’Arozoaar.

Les jardins de Cocagne ont été créés dans les années 90 dans l’est de la France, afin de permettre un circuit court entre le produit et le consommateur. Basé sur le cahier des charges de l’agriculture biologique, il permet également l’insertion sociale et professionnelle des personnes précaires et le développement de l’agriculture biologique.

Le choix du nom de ce jardin ne doit rien au hasard. Arozoaar est un mot emprunté qui trouve son origine au Burkina Faso, et désigne l’arrosoir, qui sera le logo de ce jardin. La symbolique est forte, car il est question de mixité, de partage avec la volonté de faire grandir les hommes et l’agriculture biologique et locale.

Concrètement, au Thou, le projet trouve toute sa place dans un secteur où la demande en maraîchage biologique et en insertion professionnelle est très importante. Fabienne Pouyadou est à l’origine de ce projet, il y a 2 ans. La ferme du Mont d’Or, par son emplacement, mais aussi pour les valeurs sociales et écologiques défendues par Emmanuel Marchand, le paysan (au sens noble du terme) du lieu, est devenu rapidement le partenaire idéal pour la réalisation de ce projet.

De l’association au chantier d’insertion
D’abord sous forme d’association, l’Arozoaar a obtenu l’accord de l’Etat pour devenir une structure d’insertion à part entière cette année. Il s’agit donc de permettre à des personnes en situation précaire de trouver un lieu d’entraide et de partage sur les 5 hectares que la structure proposera à terme. Ce projet, soutenu à la fois par la Communauté de communes, la mairie du Thou et plusieurs fondations privées, s’inscrit dans une dynamique et une demande locale où les besoins en insertion et en produit biologiques sont croissants.

Aujourd’hui, Philippe Marciniak, maraîcher, est le premier employé à temps plein pour accueillir les futures personnes en contrat d’insertion et lancer la production. Il est accompagné par une personne à temps partiel pour l’accueil socioprofessionnel. Pour 2017, il s’agira d’accompagner 5 personnes, dont 3 bénéficiaires du RSA.

Un projet tourné vers le futur
L’objectif social est de mettre au cœur du projet l’autonomie et la confiance en soi, dans un cadre de travail bienveillant. De plus, un parcours d’accompagnement vers l’auto-emploi sera mis en place afin de leur permettre la création de micro-entreprises et d’activités de proximité.

A terme, l’Arozoaar accueillera près de 15 salariés en insertion, créera 5 emplois permanents, et la vente de légumes biologiques en paniers hebdomadaires à près de 500 personnes, en complément de ce que propose déjà la Ferme du Mont d’Or, à savoir de la farine, du pain et des légumes secs.

Fabienne Pouyadou et Philippe Marciniak proposeront leurs premiers paniers dès septembre 2017. La commercialisation se fera en circuit court, c’est-à-dire directement sur le site de la ferme du Mont d’Or, mais aussi en point de dépôts ou magasins spécialisés.

Pour l’instant, l’heure est aux préparatifs et à la mise en place du premier local provisoire, en attendant de pouvoir planter les premières graines et poser les premières briques d’un projet qui s’inscrit dans la solidité et la pérennité des sols et des valeurs.

Pour suivre l’évolution du jardin ou prendre contact avec Fabienne Pouyadou, directrice : contact.arozoaar@gmail.com



Laissez un commentaire

Vous devez etre connecté pour laisser un commentaire.