L’invitée : Muriel Robin se dévoile dans Fragile

Publié le 25 mars 2019 | Actualité | L'invité de L'HEBDO

Muriel Robin : « Il y a une sorte de résilience qui fait que je peux aider d’autres personnes »(© DR)

La comédienne et humoriste sera à Rochefort le 25 mars pour présenter son autobiographie, Fragile, dans laquelle elle se dévoile avec beaucoup d’émotion.

Avec de nombreux sketches devenus cultes, voilà plus de 30 ans que Muriel Robin amuse la France. Dans Fragile, son autobiographie parue en fin d’année dernière, la célèbre humoriste revient sur son parcours et montre une facette très intime. Muriel Robin se livre sans détour sur sa vie personnelle et dévoile un lourd secret de famille : son père Antoine, n’est pas son père biologique. Elle est le fruit d’un amour caché de sa mère pour Jacques Amalian, un ami de la famille d’origine arménienne.

Pouvez-vous nous parler de la genèse de cet ouvrage ? Était-ce un besoin de coucher votre parcours sur papier ?
Non, ce n’était pas un besoin car quand on lit le livre, on voit que je ne règle aucun compte, que je suis apaisée, tranquille. Le temps a fait son travail, ce n’est absolument pas thérapeutique. Mais c’est vrai que je me suis beaucoup questionnée sur ce livre et j’ai même repoussé sa sortie. J’ai trouvé que ça avait du sens par rapport à la belle histoire que j’ai avec le public depuis plus de 30 ans maintenant. Je livre des choses que le public ne savait pas et qui va renforcer notre histoire. J’aime l’idée que mon parcours puisse aider des gens, c’est pour ça que je suis allée terriblement dans l’intime, pour être universelle.

La figure de votre mère est très importante pour vous. Vous avez d’ailleurs déclaré « C’est la femme de ma vie ». Et pourtant, on découvre qu’elle ne vous a pas ménagé…
Oui c’est vrai mais la mère, je pense que c’est la femme de notre vie à tous. Même si on la déteste et qu’on fait tout pour la fuir, on sort quand même de son ventre et ce lien-là ne ressemble à aucun autre lien. C’est un personnage qui compte, même si parfois on se voile la face. Je crois que j’ai fait beaucoup de choses pour lui faire plaisir, pour qu’elle soit fière de moi. Avec ma mère, on avait beaucoup de points communs. Elle avait une vraie personnalité que je trouvais très intéressante, elle était atypique. Tout ça m’a servi dans mes spectacles. Avec Pierre Palmade, on a écrit pas mal de sketches avec des phrases qui venaient d’elle et qui ont fait rire la France entière. Mais c’est vrai que comme mère, ce n’était pas là où elle était la meilleure (Rires).

Pour en savoir plus lisez L’HEBDO du jeudi 21 mars.



Les commentaires sont fermŽs !