Loiré-sur-Nie : la demoiselle de fer de Jean-Claude

Publié le 28 juillet 2016 | Week-end

Jean-Claude et sa tour Eiffel fidèlement reproduite.

Jean-Claude et sa tour Eiffel fidèlement reproduite.

Elle mesure 2m de haut et 75 cm2 de tour de taille, pour un poids de 25 kg. Elle vient juste de se faire faire une beauté : toute galvanisée. Elle pose telle une Venus ferraillé sur son socle de pierre de près de 300 kg.

Tout commence par une balade en brocante où Jean-Claude Baudin fait l’acquisition, pour quelques sous, d’une tour Eiffel miniature en fer-blanc couleur laiton vieilli. De ces affreux objets « made in china » vendus aux touristes, Jean-Claude s’est dit qu’elle servirait de modèle pour en faire une vraie… à l’échelle.

Le soudeur à la retraite des établissements Goizin, d’Aulnay, commence par faire le dessin et y mentionne les cotes au 1/160. Il récupère par ci, par là des petits bouts de fer à béton, de la cornière et du plat. Le plus délicat fut de réaliser la courbure de la structure, identique pour les quatre côtés, entre le deuxième et le troisième étage, que l’artiste effectua à froid sur l’enclume. Il a ainsi modelé les hanches de la belle.

Équipé de son vieux poste à soudure à l’arc, il posa des dizaines de morceaux d’acier pour consolider le tout. Les « bouclettes » du 1er étage furent formées à froid à l’étau. Jean-Claude veilla à faire des points de soudure les plus discrets possible, tous poncés de façon à se fondre dans la masse et devenir invisibles. Tout cela donne l’impression de tenir par magie. «  Ne vous y fiez pas c’est du solide. Chaque étage est boulonné pour qu’elle soit démontable ainsi que la tête avec l’antenne », précise le concepteur. Une centaine d’heures de travail répartie sur deux mois et demi.

Combien vaut-elle cette réplique en acier soudée de la fameuse tour connue du monde entier ? Jean-Claude s’en moque éperdument. Son sourire semble dire : il n’y a pas que l’argent dans ce bas monde ; il y a aussi la joie du travail bien fait. Il est l’architecte de son propre chef-d’œuvre et tout cela n’est que la glorification du travail. La jolie petite tour Eiffel, que le vieux Gustave aurait appréciée, trône au beau milieu de la cour d’entrée où tout le monde peut la voir en passant.



Laissez un commentaire

Vous devez etre connecté pour laisser un commentaire.