Marans : le maire ferme le poulailler communal en urgence

Publié le 21 septembre 2021 | Chez nous | Locales | Marans - Courçon et alentours | Marans-Courçon et alentours / Marans | Nature

Après s’être concerté avec le président du Marans Club de France, Jean-Marie Bodin ferme le poulailler.

L’idée de créer un poulailler communal conservatoire de la race de la poule de Marans avait largement alimenté les débats des conseils municipaux entre 2014 et 2020. Finalement, Thierry Belhadj, maire durant ces six années, avait réussi à mener à bien son projet pour un montant de 350 000 euros.  » Pour cette somme nous n’avons eu que la moitié de ce qui était prévu dans le contrat initial « , précise de son côté Jean-Marie Bodin, devenu maire de la commune en 2020 et qui était dans l’opposition durant le mandat précédent.

Malgré tout, ce poulailler qui avait divisé sur la forme mais pas réellement sur le fond a bien continué de fonctionner jusqu’à cette annonce publiée le 9 septembre sur la page Facebook de la mairie : « Dans le cadre de travaux de rénovation, l’actuelle équipe municipale souhaite agir pour améliorer la qualité de vie des poules. Pour répondre aux préconisations du Marans-Club de France où figurent l’obligation d’aménager un parcours herbeux et arboré ainsi que l’installation de filets anti-intrusion d’oiseaux afin de répondre à la réglementation sanitaire en vigueur. Par conséquent, le poulailler sera fermé au public dès la mi-septembre jusqu’au printemps 2022 « .

« Je l’ai appris sur Facebook »

Une décision qui a créé la surprise chez bon nombre d’amateurs de la poule de Marans, qu’ils aient été pour ou contre ce projet de poulailler.  » Je l’ai appris sur Facebook « , explique Laurent Galliot, vice-président du Marans club de France (MCF) et élu d’opposition. Ce dernier ne s’est d’ailleurs pas représenté à sa propre succession lors de l’assemblée générale du MCF qui s’est tenu le 11 septembre à Cieux (Haute-Vienne).  » Je reste malgré tout présent au conseil d’administration « , précise-t-il.

Un animateur piégeur

Jean-Marie Bodin revient sur cette notion d’urgence qui a motivé sa décision :  » On nous a rapporté que le poulailler était infesté de rats « . Un argument que ne conteste pas forcément l’ex vice-président du MCF. Mais qui malgré tout précise :  » L’animateur du poulailler qui avait été recruté par la mairie sous l’ancien mandat était également piégeur « . Son contrat qui prenait fin avant le début de l’été n’a pas été reconduit par la nouvelle équipe municipale.

Alors quelle suite pour ce poulailler conservatoire de la race ? Tout d’abord, les volailles qui y étaient présentes vont être redonnées au MCF.  » Nous allons faire des protections en béton sur le bas des cages « , poursuit le maire de Marans. Puis il est question de les ouvrir sur un grand espace enherbé. Voir d’y mettre d’autres animaux :  » Je pense à des baudets du Poitou notamment « . Les travaux, dont le montant n’est pas encore budgété vu l’urgence de la prise de décision selon le maire, seront réalisés en interne par les services techniques de la ville. Ces derniers auront d’ailleurs la charge de s’occuper des animaux.