Marans : les Pictons sont labellisés PAVA

Publié le 23 avril 2015 | Chez nous | Marans - Courçon et alentours

Signature entre Alexandre Magnant et Hugues Gastou. C’est officiel Les Pictons sont labellisés PAVA.

Signature entre Alexandre Magnant et Hugues Gastou. C’est officiel Les Pictons sont labellisés PAVA.

Le centre socioculturel marandais, “Les Pictons”, est le premier du département à être labellisé point d’appui à la vie associative (PAV).

Le centre socioculturel « Les Pictons » fêtera cette année son 30e anniversaire. 160 familles y sont aujourd’hui adhérentes. Avec ses 15 salariés et son fameux bus jaune, qui sillonne les six communes de l’ex-canton de Marans, « Les Pictons » est devenu, au fil du temps, un point d’appui associatif incontournable dans le nord de l’Aunis.

C’est d’ailleurs en partie, ce qui a interpellé et orienté dans son choix, la Direction départementale de la cohésion sociale. Mardi 7 avril, son directeur, Alexandre Magnant a ratifié avec Hugues Gastou, un des deux vice-présidents des Pictons, la labellisation pour une durée de trois ans du centre socioculturel marandais au titre de PAVA.
Derrière cet acronyme se cache tout simplement un relais entre les structures associatives déjà existantes ou en passe de le devenir, et les services publics dont elles dépendent.

Pas toujours simple en effet, selon Alexandre Magnant que « de devoir se déplacer à La Rochelle pour les bénévoles des associations de l’ensemble du département, afin qu’ils puissent obtenir un simple renseignement ».
D’ici la fin de l’année, les PAVA devraient être au nombre de sept en Charente-Maritime. Après Marans, les communes de Saintes, Saint Pierre d’Oléron, La Rochelle, Montendre, et Saint-Jean d’Angély devraient accueillir les six autres inscrits au programme en 2015. Les négociations avec celle de Surgères ne sont, à ce jour, pas encore totalement finalisées.

Dans la corbeille du mariage, Les Pictons ont apporté une référence en la personne de Mireille Lhuillier, mais également des salles de réunion, un espace multimédia et la possibilité aux nouvelles associations d’élire domicile en son sein, au 2 rue Dinot. La Direction départementale de la cohésion sociale, a quant à elle, mis la main à la poche, en finançant à l’année une partie d’un emploi dédié, mais pas que. Des outils pédagogiques ont également été mis en place, des formations, ainsi qu’une mise en réseau entre les futurs autres PAVA, mais également leurs grandes sœurs déjà existantes, les missions d’accueil d’information pour les associations (MAIA).

La Charente-Maritime compte actuellement 12 000 associations pour 120 000 bénévoles. 700 nouvelles se créent chaque année.



Laissez un commentaire

Vous devez etre connecté pour laisser un commentaire.