Matha : Peng de Bangkok a ouvert son atelier

Publié le 26 août 2015 | Chez nous | Saint-Jean-d'Angély et alentours

Peng Saenpinta a ouvert son atelier à Matha.

Peng Saenpinta a ouvert son atelier à Matha.

Un créateur thaïlandais, Peng Saenpinta, vient d’ouvrir un atelier de haute couture. Il réalisera les robes des Miss Vals de Saintonge.

Après la Bulgarie et l’Inde, les Vals de Saintonge ! Peng Saenpinta est un couturier abonné aux Miss. Il a en effet habillé les plus belles femmes de Bulgarie, d’Inde. Au gré d’une vie professionnelle bien remplie passant notamment par Bangkok, il a posé ses valises sur les rives de l’Antenne (son mari est Mathalien). Diplômé de la prestigieuse école ESMOD, celui que tout le monde surnomme “Chaï“ n’a pas tardé à se faire un nom. Doué, rapide « il est capable de réaliser entre 5 et 10 robes en une seule journée », indique Bernard son mari, le créateur a ouvert il y a quelques semaines son atelier de haute-couture, prêt à porter de luxe dans le centre-ville mathalien. « C’est en voyant ma sœur coudre que je me suis passionné pour ce métier », révèle Peng-Chaï. Après avoir fait ses preuves dans la capitale thaïlandaise ; « C’était l’époque où des Japonais commandaient des robes qu’il fallait réaliser en une nuit », complète Bernard Rouhaud. Au gré des mutations de ce dernier, Peng Saenpinta a beaucoup travaillé, beaucoup appris.

Les prétendantes à la couronne de Miss Vals de Saintonge se pressent dans son atelier.

Les prétendantes à la couronne de Miss Vals de Saintonge se pressent dans son atelier.

Rendez-vous le 4 octobre
« Je suis même devenu une célébrité dans mon domaine en Bulgarie, » sourit le créateur qui veut maintenant se faire connaître dans la région. Pour ce faire, Bernard et Peng ont proposé leurs services pour habiller les miss des Vals de Saintonge. Depuis plusieurs semaines, les différentes candidates au titre se pressent dans l’atelier de Matha pour les essayages. À 46 ans, Peng Saenpinta est prêt à relever ce nouveau défi. Le dimanche 4 octobre, les jeunes femmes porteront toutes des tenues, en soie en organdi, imaginées par le couturier franco-thaïlandais. L’objectif sera de séduire la plus célèbre dame au chapeau de France : Geneviève de Fontenay.

Philippe Brégowy



Laissez un commentaire

Vous devez etre connecté pour laisser un commentaire.