MFR : l’autre voie pour réussir autrement

Publié le 27 décembre 2016 | Actualité | Le choix de L'HEBDO

Valérie Chevalier, directrice de la fédération 17 des MFR (photo DR)

Valérie Chevalier, directrice de la fédération 17 des MFR (photo DR)

Un modèle atypique… qui fonctionne

Méconnues, les maisons familiales rurales (MFR) suscitent quelque jalousie. On en dénombre huit en Charente-Maritime. « Nos taux de réussite aux examens se situent tous les ans entre 75 % et 80 % », annonce Valérie Chevalier, directrice de la fédération de Charente-Maritime des MFR. Avec leur fonctionnement atypique (elles dépendent du ministère de l’Agriculture), les MFR attirent de nombreux jeunes.

« Nous en avons cette année 996 qui sont répartis dans huit établissements », poursuit la directrice qui tient à contrer les idées reçues. « Nos moniteurs, c’est ainsi que nous appelons nos enseignants, ont tous un bac + 4 et passent ensuite 3 ans dans notre centre de formation ». Quant aux examens présentés, ce sont les mêmes que ceux de l’Éducation nationale : du brevet des collèges au BTS en passant par le bac pro notamment. Les diplômes acquis en MFR ne sont pas au rabais. L’alternance ? « Il ne s’agit pas d’une école à mi-temps mais d’un temps plein à un rythme approprié », répond Valérie Chevalier.

L’internat, obligatoire pour tous les jeunes, les tâches ménagères que doivent accomplir les jeunes en milieu scolaire ? « Cela contribue à des valeurs qui nous sont chères : la fraternité, le vivre ensemble… » Oui, c’est vrai, les MFR sont « singulières » mais « complémentaires pas concurrentielles de l’Éducation nationale ». Pour les responsables des MFR, le credo c’est d’aller « du concret vers la théorie ».

Pour la directrice : « il ne sert à rien de savoir ce qu’est un pédalier, l’important c’est de savoir faire du vélo ! » Et Valérie Chevalier de conclure : « Comme pour l’auto-école, nos moniteurs ne sont pas là que pour former des jeunes mais bien pour les accompagner ».



Un commentaire pour “MFR : l’autre voie pour réussir autrement”

  1. […] En rupture avec le milieu scolaire traditionnel, Charlotte Mondain a opté pour les Maisons Familiales Rurales et les services d’aide à la personne… et elle ne regrette pas son choix. Il était une fois une jeune fille un peu perdue.  […]

Laissez un commentaire

Vous devez etre connecté pour laisser un commentaire.