Mon jardin : le mimosa pointe le bout de son nez

Publié le 8 février 2020 |

Les jolies boules d’or du mimosa (© A.G.)

Il flotte comme un air de fin d’hiver… À moins que l’on sente en réalité les effluves de mimosas ? En fait, les deux impressions sont bien liées tant le mimosa compte parmi les premiers arbustes spectaculaires à fleurir en début d’année.

L’acacia dealbata représente l’espèce la plus cultivée dans notre région. Mais Monsieur impose ses exigences. Quand on sait qu’il est originaire d’Australie, on comprend d’ailleurs facilement pourquoi. Il a horreur des terres lourdes ou argileuses, des substrats calcaires, du froid et du vent frais et sec. Mais, si vous disposez d’un espace où il profitera du soleil au moins trois heures par jour et d’un sol bien drainé, il vous gratifiera dès début février d’une floraison longue et spectaculaire avec un parfum reconnaissable entre tous. Autres atouts, son feuillage reste décoratif tout au long de l’année et il pousse très vite. Il pourra mesurer jusqu’à 3 à 10 mètres de hauteur, avec un étalement de 2 à 4 mètres. Ne vous inquiétez pas si les fortes gelées détruisent ses parties aériennes, il repartira de plus belle de la souche. Attention, cette vitalité peut même devenir un défaut pour les petits jardins ou si l’on désire récupérer de l’espace pour un autre usage.

Le mimosa compose des bouquets magnifiques, mais qui ne tiennent pas longtemps. Pour prolonger vos décors, choisissez des branches aux boutons bien formés, mais pas encore ouverts. Prenez un marteau et écrasez leurs bases avant de les plonger dans de l’eau légèrement sucrée et tiède. Évitez les vases en métal. Installez votre composition dans la pièce la moins chauffée et ajoutez souvent de l’eau. Si aucune gelée n’est annoncée, disposez-la à l’extérieur la nuit. Vous la récupérez le matin toute pimpante.



Les commentaires sont fermŽs !