Mon jardin : mais où sont les insectes ?

Publié le 15 mars 2020 | Actualité | Vie quotidienne

La ruche survit à l’hiver grâce aux abeilles d’été (© J-P. Giraudeau)

Ils réapparaissent comme par enchantement dès qu’un rayon de soleil pointe en mars. Mais où et comment les insectes passent-ils l’hiver ? Ils déclinent en fait plusieurs stratégies en fonction de leur famille et même parfois de leur genre.

Certains se reproduisent en automne. Les sauterelles ou certains papillons, par exemple, cachent leurs œufs à l’abri et les recouvrent d’une capsule protectrice. Dès le retour de conditions météo plus clémentes, les larves émergent et se transforment en insectes adultes. D’autres espèces hibernent. Pour cela, elles se dissimulent dans un trou de terre, dans une anfractuosité de l’écorce d’un arbre ou sous un tas de feuilles mortes. Ensuite, elles ralentissent leur métabolisme au strict minimum et attendent les jours plus doux pour s’extraire de leur torpeur.

Les fourmis, par exemple, emploient cette tactique en s’enfouissant au fond de leur fourmilière. Enfin, les abeilles font vraiment figure à part dans le règne des insectes. Elles n’hibernent pas, elles hivernent. Les deux mots ne diffèrent que par une lettre mais ils révèlent deux stratégies bien distinctes. Dès l’automne, la reine donne naissance à des abeilles d’hiver. Celles-ci utilisent le miel que leurs congénères ont produit l’été précédent pour maintenir la reine en vie. Pour conserver la chaleur de la ruche, elles forment une grappe et contractent frénétiquement leurs muscles de vol sans bouger leurs ailes. Dès que la température extérieure monte au-dessus de 12 °C l’après-midi, les abeilles recommencent à sortir pour aller butiner les premières floraisons. De jeunes générations remplacent alors celles de l’hiver.



Les commentaires sont fermŽs !