Nature : orangs-outans, espèce en danger

Publié le 24 mai 2016 | Week-end

Le zoo de la Palmyre impliqué

L'espace des orangs-outans au zoo de La Palmyre.

L’espace des orangs-outans au zoo de La Palmyre.

Florence Perroux, responsable communication, pédagogie et conservation du zoo de La Palmyre, nous explique le soutien apporté à Hutan.

Comment avez-vous connu l’ONG Hutan ? Et le désir de travailler ensemble ?
Marc Ancrenaz est une connaissance de notre vétérinaire Thierry Petit (en poste au zoo depuis 1989), c’est donc tout naturellement qu’il est venu nous parler de son action en faveur des orangs-outans à Bornéo lorsqu’il cherchait des partenaires financiers et c’est tout naturellement également que le zoo s’est engagé à ses côtés.

Dans quel but soutenir financièrement l’ONG Hutan ?
Il est essentiel pour les parcs zoologiques du XXIe siècle de s’investir et de soutenir la préservation des espèces menacées directement dans le milieu naturel. Nous maintenons des animaux en captivité, animaux qui sont les ambassadeurs de leurs congénères sauvages. Et ce qui légitimise aujourd’hui encore l’existence des parcs zoologiques, c’est notamment la contribution importante qu’ils apportent à la conservation des espèces en danger dans leur milieu, en soutenant des actions scientifiques et éducatives de terrain.

Quelles sont les actions réalisées par les scientifiques au zoo de La Palmyre ?
Au zoo nous hébergeons un groupe d’orangs-outans de Bornéo. Cette espèce fait l’objet d’un programme d’élevage européen (EEP). Son objectif est de préserver une population captive d’orangs-outans saine et viable -maintenir une diversité génétique suffisante-, de façon à assurer sa pérennité à long terme dans de bonnes conditions. Les animaux présents dans ce programme permettent de sensibiliser les visiteurs de zoos à la situation des orangs-outans sauvages à Bornéo. Nous avons aussi développé un protocole de pose d’émetteurs satellites permettant de suivre les animaux équipés qui sont relâchés dans la nature.

Œuvrent-ils aussi sur le terrain à Bornéo ?
Hutan dispose de sa propre équipe sur place (des Malais issus des communautés locales et formés par l’ONG) mais notre vétérinaire a participé à la pose d’émetteurs satellites sur des individus hébergés dans un sanctuaire à Bornéo, protocole supervisé sur place par Hutan.