Surgères : Pokémon Go envahit la cité d’Hélène

Publié le 12 août 2016 | Chez nous | Surgères et alentours

photo 1

Et si les jeux vidéo rassemblaient ? Surgères aussi possède son groupe “Pokémon Go“ qui se réunit régulièrement. Prochain rendez-vous le 12 août.

Nous sommes le 26 juillet lorsque Steve Gabet crée le groupe “Pokémon Go 17700“ sur un célèbre réseau social. Seulement 2 jours après la sortie française du jeu à réalité augmentée, ce fonctionnaire de 30 ans souhaite rassembler les joueurs des communes de Surgères et des alentours. Le groupe n’a pas encore 1 mois d’existence mais organise déjà son 4e événement pour le vendredi 12 août à partir de 20 h Celui du samedi 6 août avait déjà rassemblé pas moins d’une cinquantaine de joueurs dans le parc de Surgères entre 14 h et 18 h Le principe de ces rassemblements est de profiter du positionnement de 3 “Pokéstops“ (ces lieux dans le monde réel qui sont transformés en point d’intérêts où les joueurs peuvent y récupérer des objets toutes les 5 minutes) du parc de Surgères qui sont très rapprochés. Ces lieux représentés par le garde-manger, l’Eglise Notre Dame et la porte de la mairie servent alors de leurres aux joueurs afin d’y attirer les Pokémons et ainsi faire profiter à tous de captures plus faciles. Mais si ces rassemblements plaisent aux joueurs, beaucoup dénigrent encore ce nouveau concept : « On entend beaucoup parler des dangers de cette application mais on ne voit pas assez à quel point elle rend les geeks sociables », explique Steve Gabet. Il ajoute : « Avant les gens s’enfermaient chez eux devant un ordinateur sans faire de sport, maintenant Pokémon Go amène le goût de l’effort et du sport ». Pour preuve, ce jour-là il entend un enfant de 6 ans dire à ses parents « on va marcher 2 km ? ». Dans la chasse aux Pokémons toutes les générations participent, Steve nous donne l’exemple de cette femme de 78 ans qui joue régulièrement avec sa petite fille de 11 ans, une opportunité pour cette grand-mère de partager des moments avec la jeune fille qu’elle ne voyait presque jamais avant la sortie de l’application mobile : « Elle m’a dit « depuis Pokémon Go on se voit presque tous les jours » », raconte Steve Gabet. Un moment de partage et de promenades pour les familles en plein air du numérique. Actuellement le groupe Facebook compte déjà 117 membres, même si tous n’y sont pas encore inscrits les joueurs vont de 6 à 78 ans et ce milieu d’abord très masculin se féminise de plus en plus. Steve invite les sceptiques à tester Pokémon Go pour le comparer aux jeux vidéo qui se jouent souvent seuls.



Laissez un commentaire

Vous devez etre connecté pour laisser un commentaire.