Port-des-Barques : un voyage scolaire interdit

Publié le 5 avril 2015 | Chez nous | Rochefort et alentours

Stéphanie Joré, déléguée des parents d’élèves, souhaite se battre jusqu’au bout pour concrétiser le voyage scolaire.

Stéphanie Joré, déléguée des parents d’élèves, souhaite se battre jusqu’au bout pour concrétiser le voyage scolaire.

L’annulation de plusieurs parents au lendemain des attentats parisiens est avancée par l’inspection académique pour suspendre tout le projet. 10 000 € de pénalités menacent désormais les parents d’élèves.

C’est un refus qui passe très mal chez les parents d’élèves et les enseignants de l’école de Port-des-Barques. Cela fait trois ans que l’école travaille sur un projet autour de Paris, notamment l’histoire de l’art, avec pour but un voyage dans la capitale pour permettre aux enfants de voir de leurs propres yeux les monuments et œuvres étudiées en classes. Seulement depuis les attentats de janvier, 18 enfants sur 78 ne partent plus, leurs parents préférant les garder à domicile. Et c’est là le problème, car pour l’inspection d’académie, tout le monde doit partir. « On a eu un rendez-vous le 26 mars, et une délégation de 6 parents d’élèves y est allée, raconte Stéphanie Joré, déléguée des parents d’élèves. Seuls deux parents ont été reçus ».

La petite délégation en a profité pour remettre à l’inspectrice d’académie un courrier signé par les 18 parents qui soutiennent toujours le projet. « Ils restent solidaires et soutiennent le projet, ils ont même participé à son élaboration », insiste Stéphanie Joré. Mais rien n’y a fait, puisque le refus de l’inspectrice est catégorique. « Elle n’a même pas ouvert le courrier, elle n’a pas essayé d’écouter nos arguments. Elle nous a dit « tout le monde part ou personne ». Pour elle, ça ne correspond plus au projet initial ». En plus de la déception des parents, des enseignants et des enfants, qui ont passé trois années à bâtir le projet, le mauvais sort semble s’acharner. L’annulation du voyage va obliger les organisateurs à payer de très lourdes pénalités, puisque le voyagiste réclame 14 000 €. En cause : une assurance annulation qui n’a pas pu être complètement contractée entre l’école et le voyagiste, le refus de l’inspection étant arrivé trop tôt. « On a déjà payé 4 000 €, mais il reste 10 000 € de pénalités pour les PEP [Pupilles de l’enseignement public, qui agit pour les enfants], explique Stéphanie Joré. L’inspectrice d’académie a bon espoir d’annuler les pénalités, mais on n’y croit pas vraiment. On ne sait pas qui va payer. On a donc tout intérêt à partir ». D’autant qu’une institutrice a annulé sa participation au voyage pour encadrer les élèves non partants.

Quant au dossier, Stéphanie Joré s’étonne qu’il soit resté bloqué à l’inspection d’académie de Bourcefranc, dont dépend Port-des-Barques, alors qu’il doit être transmis à l’inspection départementale de La Rochelle. Pour tenter de débloquer la situation, les parents d’élèves ont fait appel au député Didier Quentin, qu’ils devraient rencontrer prochainement. Un courrier a même été envoyé au rectorat à Poitiers, ainsi qu’à la ministre de l’Éducation Nationale Najat Vallaud-Belkacem. Mais le temps presse, puisque le voyage doit avoir lieu à la fin mai.



Laissez un commentaire

Vous devez etre connecté pour laisser un commentaire.