Puyravault : le généalogiste des stars québécoises

Publié le 31 décembre 2015 | Week-end

Fabienne Thibault, est l’une des cousines que Jany Grassiot a retrouvées et avec laquelle il est devenu proche.

Fabienne Thibault, est l’une des cousines que Jany Grassiot a retrouvées et avec laquelle il est devenu proche.

Céline Dion, Fabienne Thibault, Luc Plamondon… Jany Grassiot, le généalogiste passionné de Puyravault, traque les ancêtres des stars du Québec… qui sont aussi les siens.

Nos cousins du Québec : une expression que l’on entend souvent en Charente-Maritime et qui prend toute sa valeur lorsqu’on s’entretient un moment avec Jany Grassiot. Ce passionné de généalogie est allé sur les traces des chanteuses québécoises telles que Fabienne Thibault, Céline Dion ou encore le célèbre compositeur Luc Plamondon… découvrant ainsi qu’ils sont ses cousins au 11e degré ! Mais Jany Grassiot rassure : « Je reste humble, je veux juste aider le Canada à ma façon ».

La généalogie, une passion qui, tient Jany Grassiot, depuis son plus jeune âge, comme il le raconte : « Quand j’étais petit, mes parents et grands-parents avaient une ferme, et l’hiver mon arrière-grand-mère, Aline Dillerin, restait au coin du feu et me gardait avec mon frère. Elle nous racontait des histoires de notre famille. Un jour, elle nous a dit qu’elle descendait de seigneurs. » Un fait que le jeune Jany a voulu vérifier dès l’âge de 12 ans en faisant des recherches aux archives départementales : « ça m’a pris des années parce qu’il n’y avait pas Internet à cette époque-là. » Et il découvre qu’Aline avait raison : « Nous sommes des descendants directs d’Aliénor d’Aquitaine et d’Henri II Plantagenet, par le biais de René De Illerain, un enfant bâtard mais qui a été reconnu en 1428 par Georges duc de Clarence, de la maison d’York, venu combattre en Vendée. Il a fauté avec Renée de Montrelais descendante de la famille du Plessis. » Il découvre ainsi une bien belle branche de son arbre généalogique, mais ce n’est pas tout…

Sa passion l’a ensuite mené à retracer l’histoire de sa commune puis à remonter les branches des ancêtres de Pierre-François Audry de Puyravault qui fût député au XIXe siècle, « aide de camp de La Fayette et franc-maçon à l’union parfaite de Rochefort ». Puis c’est à la vie du physicien, Adolphe Ganot, né à Rochefort en 1804, à laquelle Jany Grassiot s’attelle. Cette recherche émanait d’une demande d’une chercheuse lyonnaise passionnée par celui qui avait écrit un traité de physique révolutionnaire : « Elle a su que son frère, Auguste Ganot, était instituteur et secrétaire de mairie à Puyravault. Elle a fait une demande à la mairie qui l’a renvoyée vers moi ».

Nous sommes encore loin de nos stars québécoises, mais pas tant que cela, puisque Puyravault et son prieuré fondé en 1040, sont un lieu commun à certaines de ces histoires. Il a vu naître P.-F. Audry et bien avant cela, a abrité la famille des De Illerain. Une famille qui avait pour domestique Ozanne Achon, partie au Québec en 1657, où elle se marie avec Pierre Tremblay. Ainsi naît la famille Tremblay, dont 180 000 Québécois portent aujourd’hui le patronyme : « On estime de nos jours entre 480 000 et 500 000 descendants de ce couple au Québec », souligne Jany Grassiot qui fut du voyage outre Atlantique en 2008 pour le 400e anniversaire de la naissance de Québec : « J’avais participé aux célébrations à La Rochelle en tant que délégué des communes de Chambon et de Puyravault, puis une personne qui se reconnaîtra m’a permis de partir là-bas ». Jany Grassiot se retrouve alors à Baie-St-Paul, où une statue érigée en l’honneur d’Ozanne Achon est inaugurée : « J’ai été frappé par ma ressemblance physique avec les Tremblay et je me suis dit que j’avais dû oublier une branche de ma famille », lance le généalogiste qui retrouve ainsi la trace d’Hélène Regnault, tante d’Ozanne Achon du côté maternel. Jany Grassiot a été mis en rapport avec la chanteuse Fabienne Thibault, qui descend des Tremblay, « j’ai connu sa famille à Baie-St-Paul » confie-t-il. Il se met à faire son arbre généalogique à son retour et découvre alors qu’elle est sa cousine au 11e degré : « Comme Céline Dion à qui j’ai fait l’arbre et je lui ai envoyé. Elle m’a répondu que je lui avais fait un très beau cadeau ». Mais Jany Grassiot ne s’arrête pas là et touche à la sphère politique québécoise : « J’ai fait celui de David Couillard, côté Tremblay, premier ministre actuel de Québec, comme ça et je lui ai envoyé. Du coup sa ministre Hélène David m’a demandé le sien. J’ai aussi fait celui de Pierre Duschesne ancien gouverneur du Québec ». Pour finir avec l’arbre généalogique de Luc Plamondon, Fabienne Thibault -avec qui Jany a aujourd’hui tissé des liens- « lui fera passer en décembre ».

Mais Jany Grassiot ne compte pas s’arrêter là : il s’intéresse aux ancêtres de Diane Tell et Isabelle Boulay puisqu’il est aussi parent avec ces deux chanteuses. Elles sont aussi ses cousines par le biais d’une autre branche familiale : les Létourneau, issus de St-Germain-de-Marencennes, qui a aussi émigré à Québec. La boucle est bouclée… enfin peut-être !

Carine Fernandez



Laissez un commentaire

Vous devez etre connecté pour laisser un commentaire.