Quatre fois champion du monde en boule lyonnaise

Publié le 23 mai 2017 |

C’est Jean Mora qui entraîne son petit-fils Valentin Perault-Mora

Deux médailles de bronze au championnat du monde de 2015 à Monaco, deux médailles de bronze au championnat du monde de 2016 à Casablanca, cinq fois champion de France, détenteur de la meilleure performance mondiale de tir de précision en réussissant 33 boules sur 37… décidément Valentin Perrault-Mora collectionne les trophées et les performances.

Pourtant, il est moins connu et médiatisé que d’autres athlètes car il pratique un sport encore peu connu.

Il s’agit de la boule lyonnaise, à ne surtout pas confondre avec la pétanque à laquelle on s’adonne pendant les vacances, un verre de pastis à la main.

Bientôt aux JO de Rio

La boule lyonnaise constitue un sport de haut niveau, très spectaculaire à regarder. Il devrait figurer aux Jeux Olympiques de Rio en 2024. Il se joue sur des terrains spécifiques de 22 mètres de long avec des boules de 90 à 110 mm de diamètre et au poids compris entre 900 et 1 200 g.

L’effort fourni pour atteindre la petite sphère de bois servant de but est intense. Il implique que le joueur prenne de l’élan et de la vitesse en courant pour lancer sa boule. Il s’agit d’une performance physique dans la précision.

Valentin pratique ce sport depuis l’âge de 5 ans. Sportif dans l’âme, à 11 ans, il était 3e meilleur joueur de tennis de France dans sa catégorie. À 13 ans il se voyait proposer un contrat pro par le club de football de Bordeaux.

Aujourd’hui, à 18 ans. C’est son grand-père Jean Mora qui l’entraîne. Celui-ci, très fier de son petit-fils, explique : “Je suis très exigeant mais ça conduit à des résultats. Ce sport demande de l’assiduité et des nerfs d’acier car dans certaines rencontres les insultes fusent. C’est l’école de la volonté, il faut avoir une bonne mentalité et beaucoup d’aptitudes physiques. J’incite Valentin à pratiquer la musculation et l’athlétisme à hauteur de 70 % de son temps d’entraînement”.

Objectif : devenir pro

Valentin s’entraîne tous les jours 1 heure 30 et tire environ 250 boules par jour et jusqu’à 350 en période d’entraînement pour les championnats du monde. Son but : se faire repérer par un sponsor et être récupéré par une équipe en championnat d’Europe plutôt que de jouer en individuel comme maintenant. Le jeune homme précise : “J’adore mon sport, je m’entraîne tous les soirs. Je parcours environ 9 h de route par week-end pour participer aux rencontres car, en France, ce sport se pratique plutôt dans le sud-est.” La semaine, Valentin travaille chez Métal Chrome à Rochefort. Cet emploi et les entraînements, c’est lourd quand on pratique un sport à son niveau. Alors Valentin a un objectif : “Je me bats pour rester au plus haut rang, y rester et cumuler des points pour devenir pro et vivre de mon sport”.



Laissez un commentaire

Vous devez etre connecté pour laisser un commentaire.