Rentrée scolaire : le point avec l’inspectrice

Publié le 1 septembre 2015 | Actualité | La semaine

Rose-Marie Marchais (3e en partant de la gauche) lors d'une visite à l'école de Saint-Hilaire-de-Villefranche.

Rose-Marie Marchais (3e en partant de la gauche) lors d’une visite à l’école de Saint-Hilaire-de-Villefranche.

Rose-Marie Marchais, Inspectrice de l’Éducation nationale de la circonscription de Saint-Jean-d’Angély, évoque la prochaine rentrée scolaire

Quelles sont les nouveautés de la rentrée 2015 ? La première est effectivement très importante ; il s’agit des nouveaux programmes de maternelle, publiés au bulletin officiel du 26 mars 2015. Ils insistent sur la spécificité de l’école maternelle, avec un seul cycle de la petite section à la grande section (il y en avait précédemment 2), en demandant aux équipes enseignantes de se centrer sur le développement affectif, social, sensoriel, moteur et cognitif de l’enfant. Organisé en 5 domaines d’enseignement, le nouveau programme porte le principe d’une école qui s’adapte aux jeunes enfants, en n’envisageant l’évaluation que dans sa dimension positive et bienveillante, en insistant sur l’importance du jeu, de l’expérimentation, de l’action et de l’apprentissage de la vie en groupe.

Parmi les autres points à signaler figurent également l’évaluation diagnostique des élèves en français et mathématiques en début de CE2, le renforcement de la continuité pédagogique école-collège-lycée et plus généralement le principe d’une école inclusive qui ne stigmatise pas les difficultés mais, au contraire, accompagne les élèves dans leur parcours de la maternelle au lycée. Dans l’académie de Poitiers les réseaux ECLORE (École Collège Lycée pour l’Orientation et la Réussite des Élèves), initiés par M. le Recteur autour de chaque lycée, donnent un cadre qui permet de travailler en inter-degré. Pour cette rentrée on signalera également l’importance donnée au développement du numérique et le renforcement de la transmission des valeurs de la République.

Et dans la circonscription ? On dénombre 17 nouveaux directeurs et un “mouvement“ de 24 adjoints et 3 enseignants du réseau d’aides spécialisées aux élèves en difficulté (ceci sans compter les remplaçants et les temps partiels), pour un total d’environ 300 enseignants.

Que peut-on dire des effectifs ? Dans le 1er degré, ils sont généralement inférieurs à ceux de la rentrée précédente, non seulement dans la circonscription, mais dans tout le département hormis la couronne autour de La Rochelle, qui, elle, ouvre des classes ; mais les fermetures de classe sont donc généralement plus nombreuses que les ouvertures.

Pour ce qui concerne les écoles élémentaires de Saint-Jean-d’Angély la baisse constatée, observée depuis deux ans (avant la réforme des rythmes scolaires), correspond sans doute aux suites prévisibles des fermetures de classes en maternelle, réalisées les années précédentes. À Surgères la classe qui ferme à cette rentrée avait été ouverte à la rentrée 2013… C’est-à-dire très récemment. Les effectifs très fluctuants de la ville n’ont pas permis de conserver cette classe supplémentaire. Les élèves d’Anais devraient effectivement être accueillis à Aigrefeuille, ce qui explique en partie le transfert d’une classe, mais il s’agit là de la circonscription de mon collègue M. Florentin, à Rochefort, et non plus la mienne.

Propos recueillis par Philippe Brégowy



Laissez un commentaire

Vous devez etre connecté pour laisser un commentaire.