Rochefort : casse dans la galerie marchande

Publié le 20 juillet 2016 | Actualité | Faits divers

La surveillance vidéo de la bijouterie a permis d’établir qu’un homme s’était introduit à l’insu du personnel dans le bureau.

La surveillance vidéo de la bijouterie a permis d’établir qu’un homme s’était introduit à l’insu du personnel dans le bureau.

10 000 euros ont été dérobés à la bijouterie Brard, située dans la galerie du centre Leclerc.

Mardi 28 juin à la fermeture de la bijouterie Brard, située dans la galerie marchande du centre Leclerc de Rochefort, les employées, en rangeant les bijoux dans le coffre, se sont aperçues que des poches contenant du numéraire et des chèques avaient disparu. Le montant total est de 6 000 euros en numéraire et de 4 000 euros en chèques.

Le visionnage de la surveillance vidéo du magasin a permis d’établir qu’un homme s’était introduit à l’insu du personnel dans le bureau et avait fait main basse sur le contenu du coffre non fermé.

Des relevés sur le coffre ont été effectués par le personnel de la Police Technique et scientifique. Des traces papillaires et des relevés ADN ont été prélevés. Les employées ont été entendues et l’une d’entre elles a déclaré qu’un homme se présentait toujours à la même heure se renseignant sur les chevalières et autres bijoux. Il posait énormément de questions et semblait observer tous les faits et gestes dans le magasin. Un album photographique lui a alors été montré et l’employée a cru y reconnaître un individu.

Une nouvelle fois, la bande-vidéo a été scrutée par les enquêteurs, ce qui leur a permis de faire un rapprochement avec une autre affaire qui s’est déroulée au Bar PMU du Moulin Rose à Tonnay-Charente, le 13 février dernier. Profitant d’un moment d’inattention du personnel de l’établissement, un homme avait dérobé la somme de 1 200 euros dans le tiroir-caisse. L’individu avait été formellement identifié. Une comparaison des empreintes digitales a permis de mettre un nom sur l’auteur des deux faits et une fiche de recherches a été établie. Samedi 2 juillet, l’homme est revenu sur le parking du magasin Leclerc à bord d’un véhicule Peugeot 207. Il a alors été reconnu par l’employée de la bijouterie qui a noté le numéro du véhicule. Pendant que cette dernière était en train de téléphoner aux policiers, l’homme se trouvant dans la galerie marchande, a été reconnu par plusieurs personnes. Il est parvenu à prendre la fuite avant l’arrivée des enquêteurs.

Maillots de bain dérobés
Jeudi 7 juillet, vers 17 h, au magasin Intersport de Beaulieu, à Puilboreau, un homme passe les portiques du magasin en emportant des maillots dérobés à l’étalage. Un vigile se met à sa poursuite. L’homme sort une bombe lacrymogène et gaze par trois fois le vigile avant d’être maîtrisé et emmené dans le bureau du magasin. L’homme se porte alors des coups de poing au visage et se jette au sol faisant un simulacre d’agression. Pris en charge par les policiers de La Rochelle, il est placé en garde à vue et entendu sur les faits de vol avec violences. Les policiers du commissariat de Rochefort entendent également cet homme de 41 ans appartenant à la communauté des gens du voyage. Il a reconnu le vol commis au préjudice de la bijouterie Brard. L’argent a été utilisé en paiement d’une dette de produits stupéfiants. Quant aux chèques, ils ont été détruits. Interpellé sur les faits du bar PMU il a nié sa participation. Le véhicule Peugeot 207, faussement immatriculé, a été acquis il y a 3 ans au moyen d’un chèque sans provision au préjudice d’une habitante de Villenave-d’Ornon (33). Présenté au parquet de La Rochelle-Rochefort, l’homme a été condamné à 24 mois de prison ferme avec révocation de sursis antérieur, ce qui fait un total de 38 mois d’emprisonnement. Il a été placé en détention à la maison d’arrêt de Saintes.



Laissez un commentaire

Vous devez etre connecté pour laisser un commentaire.