Rochefort : les femmes de la Grande Guerre à l’honneur

Publié le 15 octobre 2015 | Chez nous | Rochefort et alentours

Elles n’étaient pas que des femmes de soldats.

Elles n’étaient pas que des femmes de soldats.

La cité de Colbert met à l’honneur “ses” femmes pendant la Première Guerre mondiale. Une initiative qui fait suite à l’exposition réalisée en 2014-2015 sur Rochefort dans la guerre 14-18.

Ce pan de l’histoire rochefortaise est exposé au musée de la Vieille Paroisse. La documentation a été consciencieusement rassemblée par la Société géographique de Rochefort.

Des recherches précises sur une dizaine de sujets permettent une vision neuve du rôle et de la place des femmes à Rochefort, entre 1914 et 1918. Le voile se lève sur la cité de Colbert de l’époque : démographie, famille, travail, mode, éducation, criminalité, prostitution, arts et distractions…
De nombreux objets sont exposés (robes, dessous [pantalons fendus, gorgerette…), poupées, jouets de filles, landau avec bébé, livres d’école, art de la guerre et tableau de Lucienne Épron, une aquarelliste rochefortaise amie de Pierre Loti. Cette toile est prêtée par le Musée Hèbre St-Clément et montrée au public pour la première fois depuis près d’un siècle.

Des chansons illustrent des vidéos qui bien souvent montrent les privations et le manque ressenti par les hommes du front : La Madelon, Les tourneuses d’obus (ou les poileuses), La chanson de Craonne (Adieu la vie, adieu l’amour, adieu toutes les femmes !)
Les femmes ont remplacé une partie des hommes dans beaucoup de domaines, au travail notamment, à l’Arsenal ou sont fabriqués des obus, elles ont assumé souvent seules le rôle de chef de famille, subvenant aux besoins du foyer, mais jamais elles n’ont participé à la direction de la vie publique.

Au sortir de la guerre, peu de changements. De timides évolutions cependant dans certains domaines comme dans celui de la mode sans que cela change pour autant le rapport homme-femme, peut-être dans une certaine mesure les conduites sexuelles, mais l’émancipation féminine reste bien loin.

Une brochure en couleurs de 56 pages analyse ces faits et l’exposition a d’ailleurs obtenu le label du centenaire. L’entrée est gratuite. L’exposition est ouverte et se poursuivra jusqu’en janvier 2016 tous les mercredis après-midi.

Renseignements à soc-geo.rochefort@orange.fr



Laissez un commentaire

Vous devez etre connecté pour laisser un commentaire.