Rochefort : les nouveaux thermes ouvriront à l’horizon 2021

Publié le 22 octobre 2016 | Chez nous | Rochefort et alentours

La ville espère capitaliser sur l’emblématique hôpital de la Marine pour les nouveaux thermes.

La ville espère capitaliser sur l’emblématique hôpital de la Marine pour les nouveaux thermes.

La mairie et les porteurs du projet de nouvel établissement thermal veulent reconquérir cette friche.

35000 habitants et 25 000 curistes : c’est l’objectif fixé par le maire Hervé Blanché pour redynamiser Rochefort. Pour le second objectif, la ville a dévoilé sa stratégie lors du conseil municipal du 12 octobre, en proposant la construction d’un nouvel établissement thermal dans la partie nord du parc de l’hôpital de la Marine, en friche depuis 1983.

L’établissement actuel étant saturé, il ne peut pas répondre à la demande croissante de cures, médicales ou non.

Les futurs thermes seront donc plus grands (13 000 m2), mais ils proposeront aussi une offre plus large avec des cures médicales, des cures Premium plus chères mais plus étoffées, et un espace de thermoludisme et d’esthétisme, pour séduire une clientèle plus large. Ces services s’accompagneront d’une résidence thermale de 80 à 100 clés, puis de l’hôtel prévu dans l’hôpital de la Marine.

Un chantier colossal
Le chantier s’annonce colossal, avec un minimum de 40 millions d’euros à investir. Le bâtiment sera enterré pour ne pas casser l’aspect visuel des jardins, en profitant de la forte pente.

Il s’étendra sur trois niveaux, avec une emprise au sol de 6 000 m2.

Pour utiliser l’eau thermale, deux scénarios sont envisagés : créer une canalisation de 500 mètres entre l’ancien et le nouveau bâtiment, pour profiter des forages existants, ou faire un nouveau forage, le nouvel établissement étant au-dessus de la source.

La seconde option coûtera 2 à 3 millions d’euros, mais elle ne nécessitera pas de travaux d’entretien de la canalisation.

Si les porteurs du projet assurent que des investisseurs se montrent intéressés par le projet, ils expliquent que les nouveaux thermes ne dégageront de bénéfices qu’au bout de deux ans, soit 3,4 millions d’euros sur dix ans.

3,4 millions de bénéfices
Une rentabilité qui a suscité le scepticisme de certains élus d’opposition, notamment Alexis Blanc (centre) qui a opposé l’investissement initial de 40 millions d’euros et le bénéfice de 3,4 millions d’euros, soit « une rentabilité au bout de 140 ans ». « C’est un mauvais calcul », lui ont opposé les représentants du cabinet Horwath, qui a mené l’étude. Rémi Letrou (PS) a pointé la baisse des recettes pour la ville, passant de 14 à 5,4 millions d’euros.

Pour accélérer les choses, la ville déposera un dossier de déclaration de projet, une procédure qui devrait permettre d’aller plus vite pour lancer le chantier. Une enquête publique est prévue en 2018, et le chantier devrait commencer en 2019, pour une ouverture espérée fin 2021.



Laissez un commentaire

Vous devez etre connecté pour laisser un commentaire.