Rochefort : sur routes et sur l’eau, la folle aventure du Batiâ

Publié le 3 mars 2016 | Week-end

Olivier et Alexandra Pourpoint devant le Batiâ, la péniche qui va être aménagée en restaurant.

Olivier et Alexandra Pourpoint devant le Batiâ, la péniche qui va être aménagée en restaurant.

Le 18 février, un impressionnant convoi exceptionnel a sillonné les routes de Loire-Atlantique et Charente-Maritime. Destination, Rochefort. Une péniche de 38 m a été installée dans le port pour y être aménagée avant de partir pour Saintes où elle accueillera le premier restaurant flottant de la région.

A Rochefort, on est habitué aux convois exceptionnels, qui transportent régulièrement des pièces d’avion sorties des entrepôts de Stélia. Mais jeudi dernier, c’est un convoi bien spécial qui est entré en ville. Long d’une quarantaine de mètres, celui-ci transportait une péniche, arrivée tout droit de Machecoul, au sud de Nantes.

Cette péniche, c’est le projet un peu fou d’Olivier et Alexandra Pourpoint, un couple de restaurateur de Saintes. Leur souhait : ouvrir un restaurant flottant sur la Charente, à Saintes toujours. « Un soir, on se promenait sur les bords de la Seine et on a vu une péniche. On s’est dit “Ce serait bien d’agrémenter les bords de Charente d’une péniche”, et l’idée est partie comme ça », raconte Olivier Pourpoint.

L’idée à peine née, le couple se met alors en quête d’une péniche d’occasion à rénover, mais la tâche se révèle compliquée. Alors, ils décident de la fabriquer. « On s’est dit “Allez on y va”, avec l’insouciance de la jeunesse. On ne se rendait pas compte de la taille du projet », sourit Olivier Pourpoint. Partis sur une péniche de 30 mètres, les restaurateurs s’arrêtent sur une embarcation de 38 mètres, capables d’accueillir 120 couverts.

La péniche va tutoyer les eaux de la Charente. Elle va rester à Rochefort jusqu’en mai avant de rallier Saintes par la route.

La péniche va tutoyer les eaux de la Charente. Elle va rester à Rochefort jusqu’en mai avant de rallier Saintes par la route.

Convoi de l’extrême
C’est donc à Machecoul, que la péniche est conçue et construite à partir de fin août 2015. En quelques mois seulement, la péniche est déjà assemblée et peinte, parée pour être aménagée en restaurant. Une étape qui doit se faire à Rochefort, puisque la ville bénéficie d’un bassin à flot. « On avait besoin d’un bassin à flot sans trop de fluctuations d’eau, donc en sécurité pour permettre aux artisans de travailler sur la péniche », précise Olivier Pourpoint.

C’est donc par la route que la péniche est transférée, sur plus de 200 km. Si d’ordinaire, le trajet prend un peu plus de deux heures, il en aura fallu près de dix pour faire arriver le convoi au port de commerce de Rochefort.

C’est ici que la péniche a été mise à l’eau pour la toute première fois, sous l’œil un peu stressé d’Olivier et Alexandra Pourpoint. Le moment est pourtant décisif et symbolique, mais impossible pour le couple d’en profiter, trop occupés à gérer la situation et à faire en sorte que tout se passe bien. « On sait très bien qu’elle va flotter, les tests de flottaison ont été faits dans les règles de l’art », se rassure Olivier Pourpoint, alors que la péniche est suspendue au-dessus du bassin par deux grues. Mais qu’il se rassure, la péniche flotte bien, et elle laisse d’ailleurs une petite surprise à ses propriétaires. « Je pense qu’elle va faire petite dans l’eau, sourit-il. J’ai l’impression de l’avoir vue immense sur cette route ».

La péniche est grutée jusque dans le bassin à flot.

La péniche est grutée jusque dans le bassin à flot.

Du rétro à la sauce moderne
Désormais arrimée dans le port de commerce rochefortais, la péniche va y subir trois mois de travaux intensifs pour aménager l’intérieur. Elle aura un style très affirmé, à mi-chemin entre le rétro et le moderne. Olivier et Alexandra Pourpoint se sont en effet appuyés sur des plans datant de 1900, mais ils y apporteront une touche moderne avec un esprit lounge. « C’est le respect des terroirs, de la péniche Freycinet (ndlr, un gabarit d’écluse pour permettre aux péniches de naviguer) avec une identité contemporaine, un mobilier lounge, des fauteuils assez cossus, du parquet au sol et une belle vaisselle de brasserie », explique Olivier Pourpoint.

D’ailleurs, le restaurant se veut lui aussi très ancré au terroir local. Le couple y proposera une restauration de type brasserie, à ceci près que 60 % des produits seront issus de filières locales. « Et quand je dis filière locale, je parle de la Saintonge Romane, précise Olivier Pourpoint. On aura par exemple un burger local avec de la tome de vache pour remplacer le cheddar ». L’identité charentaise sera même poussée jusqu’au nom du restaurant et de la péniche, baptisée Batiâ, soit “bateau” en charentais.

Une fois l’aménagement intérieur terminé à Rochefort, vers la fin mai, la péniche reprendra la route jusqu’à Saintes, où elle sera définitivement mise à l’eau près de la place Bassompierre, en plein cœur de ville. Si tout va bien, le restaurant devrait ouvrir début juin.

Le moment décisif du projet : la mise à l’eau. Les travaux d’aménagement vont pouvoir commencer.

Le moment décisif du projet : la mise à l’eau. Les travaux d’aménagement vont pouvoir commencer.



Laissez un commentaire

Vous devez etre connecté pour laisser un commentaire.