Rochefort : une étudiante italienne en immersion totale

Publié le 17 novembre 2016 | Chez nous | Rochefort et alentours

Nazmiye, Selim et Bruno Ricard autour de Matilde.

Nazmiye, Selim et Bruno Ricard autour de Matilde.

Matilde Accorsi est italienne. Elle étudie au lycée Dassault et se confie 2 mois après la rentrée.

Pas facile de quitter son pays pour suivre une année d’études à l’étranger. Sauf si c’est une vocation, comme c’est le cas pour Matilde. Cette étudiante de 17 ans a quitté l’Italie, sa famille et ses amis pour suivre une année de Terminale S au lycée Dassault de Rochefort, grâce à l’AFS. Cette association, présente dans plus de 50 pays, permet à des jeunes de 15 à 18 ans de suivre une année d’études à l’étranger en immersion totale, c’est-à-dire en famille d’accueil et avec très peu, voire aucun contact, avec son milieu d’origine.

C’est donc en France que Matilde a été reçue. Ce rêve de découvrir un autre pays l’habite déjà depuis toute petite. « Je voulais partir depuis le CM2, aux États-Unis d’abord, mais je ne pouvais pas me limiter à ça, je voulais essayer une autre langue », explique-t-elle dans un excellent français.

« En Italie, on n’a pas le verlan »
Matilde a donc fait sa rentrée en septembre avec les autres élèves du lycée Dassault, un moment assez difficile à passer. « La classe était déjà formée, et j’avais un peu peur de parler à cause des fautes que je pouvais faire. Personne ne connaissait l’AFS, donc tout le monde se demandait ce que je faisais là, même les professeurs ». Mais après une présentation de l’association, Matilde a commencé à s’intégrer, malgré la barrière culturelle qui commence à tomber. « Par exemple : le verlan. En Italie ça n’existe, alors quand j’ai entendu quelqu’un dire qu’elle était “tebée“, ou encore “meuf“, je n’ai pas compris », sourit-elle. La jeune italienne ne rencontre pas de difficultés dans sa scolarité, bien au contraire. À la différence de l’Italie où les cours relèvent du par cœur, les cours français aident les étudiants à comprendre ce qu’ils étudient grâce aux documents dans les manuels scolaires. Ce qui renforce l’envie d’apprendre de Matilde, qui hésite entre une carrière dans la génétique, la littérature ou la philosophie.

« On partage la culture, la cuisine aussi »
Pour la famille d’accueil, c’est aussi une chance incroyable. « Notre fils aîné est parti étudier en Turquie, donc on s’est dit qu’on allait accueillir quelqu’un, confient Nazmiye et Bruno Ricard. Cette richesse que les jeunes vivent, on la connaît grâce à Matilde : on partage la culture, la cuisine aussi ! ». Ils ne connaissaient pas l’AFS il y a encore un an, mais l’expérience est si positive qu’ils n’hésiteraient pas à recommencer. D’ailleurs, l’échange est aussi riche entre Matilde et Selim, leur 2e fils, puisqu’ils discutent de la façon d’être jeune en France et en Italie. Autant dire que le départ de Matilde en juillet prochain est loin d’être attendu dans cette nouvelle famille.

Site web : http://www.afs-fr.org Contact : 01 45 14 03 10 ou info-france@afs.org



Laissez un commentaire

Vous devez etre connecté pour laisser un commentaire.