Saint-Savinien : chasseur d’images

Publié le 2 septembre 2015 | Chez nous | Saint-Jean-d'Angély et alentours

Daniel Dornat, messager des paysages savinois depuis plus de 40 ans.

Daniel Dornat, messager des paysages savinois depuis plus de 40 ans.

Épris d’une passion insatiable pour la photo et la vidéo, Daniel Dornat s’est constitué un véritable trésor d’images de sa chère cité.

Quand certains partent à la chasse au petit gibier voire même aux papillons, munis de tout leur matériel spécialisé, Daniel Dornat, lui, parcourt sans relâche les paysages savinois, à l’affût d’un point de vue remarquable, d’une luminosité rare et éphémère, d’un nouveau cliché d’un site pourtant cent fois fixé sur la pellicule. Qui n’a déjà rencontré ce chasseur d’images infatigable, appareil numérique ou caméscope en bandoulière, allant par routes et par chemins, sur une rive de la Charente, devant un monument ou une maison de caractère, lors d’une manifestation, d’une inauguration, d’une cérémonie, d’une exposition ? Il n’y a pas une association culturelle locale qui n’ait fait appel à ses talents et à sa gentillesse pour garder en mémoire une trace de ses projets, pour préparer un spectacle, pour illustrer un site Internet, pour accompagner une parution dans la presse, pour la recherche historique…

Comment vit-on un tel appétit pour l’objectif ? Bien sûr, il vaut mieux ne pas chercher à comptabiliser les heures qu’il y consacre, cela nous semblerait inimaginable : « Cette passion m’a permis d’avoir des contacts que je n’aurais jamais eus sans cela. C’est par ce biais-là que j’ai pu m’épanouir… On me dit parfois : “Mais vous faites toujours le voyage derrière l’objectif ! Vous n’en profitez pas !“ Je réponds que pour moi c’est l’inverse : je suis beaucoup plus attentif et je mémorise davantage certaines choses. » Et puis, il faut être doué d’une patience infinie pour espérer réaliser le cliché rare : « J’ai toujours l’appareil dans la voiture. Je suis descendu des dizaines de fois sur la Charente sans photographier : pas assez d’éclairage, trop de vent, trop de marées boueuses, météo peu favorable. » Mais la récompense finit un jour par arriver avec la photo du mascaret que peu de savinois avaient pu observer. « Je photographie souvent ce que le public ne peut pas voir » : juché sur une poutre pour le détail d’un clocher, dans les carrières souterraines, les vieilles caves. Il n’y a pas un lieu de la ville qu’il n’a photographié : « Et j’y retourne toujours car suivant les saisons et les éclairages c’est tout à fait différent. »

Daniel Dornat est un enfant du pays, amoureux de la ville qui l’a vu naître. Au fil du temps ce sont des dizaines de milliers de clichés qui ont envahi ses tiroirs. Mais heureusement, ce trésor sera en partie visible du public dans le cadre d’une exposition en cours de réalisation à la Maison du patrimoine. Ce sont près de cinq cents vues classées par thèmes, répertoriées et commentées qui vont raconter la petite cité de caractère dans un grand livre d’images monté sur un mât pivotant. La visite vaudra le détour aussi bien pour découvrir le riche patrimoine local et ses paysages pittoresques que pour apprécier la qualité esthétique des photos présentées.



Laissez un commentaire

Vous devez etre connecté pour laisser un commentaire.