St-Jean-de-Liversay : la seconde vie des poches à huîtres se joue en Aunis

Publié le 16 mai 2021 | Chez nous | Marans - Courçon et alentours

Les poches à huîtres pourraient bien se voir offrir une seconde vie à Saint-Jean-de-Liversay (© Y.P.)

Une initiative pourrait bien permettre de protéger doublement la nature.

Sur les cartes des restaurants ou dans la bouche des amoureux de notre terroir, il est bien souvent question du mariage de la terre et la mer. Une sorte d’alchimie qui est en train de prendre racine, sous une forme pour le moins inattendue entre les communes de Saint-Jean-de-Liversay et d’Andilly. Elle pourrait bien essaimer au-delà de ces deux communes.

D’un côté la Société d’exploitation de la forestière de Luché (SEFL) installée à Saint-Jean-de-Liversay, filiale du groupe Leuké. De l’autre, un jeune couple d’Andilly propriétaire d’une parcelle d’un hectare sur laquelle cinq moutons d’Ouessant jouent les tondeuses à gazon écologiques. Et entre les deux, le Comité régional conchylicole (CRC) de plus en plus stigmatisé pour le retraitement des déchets, notamment les collecteurs de naissains et plus particulièrement les poches à huîtres immergées en mer.

Pour en savoir plus, lisez L’HEBDO du jeudi 13 mai, disponible en version numérique sur :

https://aaktfwp.cluster031.hosting.ovh.net/product/edition-du-13-05-2021/