St-Pierre-d’Amilly : deux élus claquent la porte

Publié le 28 août 2017 | Chez nous | Surgères et alentours

La maire Fanny Bastel et l’ancien premier adjoint, Vincent Courboulay

Vincent Courboulay et Céline Fèvre dénoncent leur mise à l’écart par la maire, Fanny Bastel.

La tempête gronde-t-elle au sein du conseil municipal de Saint-Pierre d’Amilly ? La commune, qui compte environ 530 habitants, est secouée depuis quelques mois par deux démissions successives : le premier adjoint Vincent Courboulay en octobre 2016, puis la conseillère municipale Céline Fèvre fin juin. Cette dernière a remis sa démission le 20 juin après avoir été mise à l’écart du dossier de l’école menacée de fermeture : “Lors de la rencontre avec l’inspectrice académique, la maire n’a pas voulu que je participe au comité de pilotage. On me disait toujours “On ne sait pas quand on la rencontre”, jusqu’à ce que ça se fasse“.

Même au sein de la mairie, Céline Fèvre se sentait volontairement écartée de la gestion municipale. Membre de la commission budget, la conseillère assure qu’elle ne recevait plus les convocations aux réunions. “Je n’étais plus informée, plus convoquée. Je travaille mais je suis disponible le soir pour suivre les commissions. C’est sûr que les personnes qui ne travaillent pas sont plus disponibles, mais ils devraient tenir compte de tout le monde“, regrette l’ex-élue.

C’est pourquoi Céline Fèvre a envoyé un courrier à la maire, Fanny Bastel, pour expliquer sa décision de démissionner et dénoncer “des choses qui se faisaient dans notre dos“. “La réponse que j’ai eue c’est que comme je travaillais, elle ne souhaitait pas que je participe à la commission“, poursuit-elle.

 

Pour en savoir plus, lisez L’Hebdo de Charente-Maritime daté du jeudi 24 août.



Laissez un commentaire

Vous devez etre connecté pour laisser un commentaire.