St-Pierre-d’Amilly : un habitant condamné pour recel

Publié le 23 novembre 2016 | Actualité | Faits divers

Jean-Marcel a été condamné à 4 mois de prison ferme.

Jean-Marcel a été condamné à 4 mois de prison ferme.

Retour à la case tribunal pour un vieux briscard de la justice, qui dormira plus longtemps que prévu en prison.

La justice, Jean-Marcel la connaît bien. Depuis 1997, le quadragénaire a souvent eu rendez-vous avec elle. Quinze mentions figurent à son casier judiciaire, avec quelques détours obligés par la case prison. « Et bien dernièrement, j’ai eu quelques petits soucis », expliquait-il le 3 novembre dans le box du tribunal correctionnel de La Rochelle.

« Ma sœur l’avait trouvé dans une déchetterie »
Jean-Marcel est incarcéré depuis deux mois à la prison d’Angers, et doit encore y rester dix mois… enfin, depuis le 3 novembre, un peu plus. L’auto-entrepreneur habite dans une caravane à Saint-Pierre d’Amilly. Enquêtant sur un vol de véhicule commis à Surgères, les gendarmes ont été amenés, le 11 février 2015, à effectuer une perquisition dans sa roulotte. Certes, ce n’était pas la caverne d’Ali Baba, mais quand même… les gendarmes y ont trouvé certains objets parmi lesquels un poêle à pétrole correspondant en tout point à un similaire dérobé en 2013 dans un mobil-home.

Explications de l’intéressé : « Il est depuis 3 ans dans la caravane. Mais vous savez, M. le président, j’ai ma sœur et mes frères qui y mettent plein d’objets. Ma sœur l’avait trouvé dans une déchetterie en Vendée. Regardez, elle vous a même écrit une attestation ». Et puis, il y a ces neuf rouleaux de grillages dont six proviendraient d’un vol commis dans un magasin de jardinage à Surgères. Jean-Marcel est affirmatif, même s’il ne peut fournir les factures : « J’avais acheté plusieurs rouleaux. Je n’ai jamais volé ce grillage. Ça ne vaut pas cher du grillage ».

Reste le portail SNCF retrouvé dans la benne de son camion stationné à côté de sa caravane. Il n’est pas tombé du ciel, mais presque : « Je l’avais acheté pour 150 € sur une brocante quelques jours avant. Le vendeur est venu me le livrer un soir. J’avais pris mes cachets, je ne l’ai pas entendu. Il l’a déposé dans mon camion. »

« Je ne savais pas qu’il était volé »
Le prévenu ajoute concernant ce portail : « Je ne savais pas qu’il était volé. D’ailleurs, c’est moi-même qui l’ai ramené aux gendarmes de Surgères. D’après ce que je sais, celui qui me l’a vendu est maintenant en prison pour trafic de portails ».

Et de conclure : « M. le président, je n’ai rien fait dans cette affaire. Je ne vais pas payer pour quelque chose que je n’ai pas fait ». Le tribunal en a décidé autrement et a suivi les réquisitions du ministère public, condamnant Jean-Marcel à quatre mois de prison ferme pour recel. Un mandat de dépôt a été ordonné à l’audience.



Laissez un commentaire

Vous devez etre connecté pour laisser un commentaire.