Surgères : à la recherche d’un promoteur pour Sergent Prolac

Publié le 8 juillet 2015 | Chez nous | Surgères et alentours

Les travaux de démolition de la friche Sergent-Prolac ont démarré. Ils dureront jusqu’à la fin juillet.

Les travaux de démolition de la friche Sergent-Prolac ont démarré. Ils dureront jusqu’à la fin juillet.

Lors de l’exposition des modifications du PLU le 25 juin, les élus sont revenus sur le projet de la friche Sergent Prolac actuellement en déconstruction.

C’est une déconstruction qui coûte 300 000 € à la commune et pour laquelle les services de la ville sont à la recherche d’un porteur de projet. C’est la dépollution du site qui fait grimper la note.

Le projet initial espéré par les élus était un lot de logements pour personnes âgées, leur permettant un accès facile au centre-ville. La question du nombre de places de stationnement a été soulevée, la municipalité souhaitant « faire un effort » sur ce point pour « rendre attractif » le site afin qu’un « promoteur fasse une proposition ». Le maire, Catherine Desprez, a ajouté : « La commune ne cherche pas à faire de bénéfices, mais au moins une opération blanche ».

Eau potable
La commune a acheté au syndicat des eaux 17 le volume de 548 073 m3 en 2014, contre 608 213 m3 en 2013, soit -10 %. Le rendement du réseau est passé de 50 % en 2007 à 81 % en 2014 ; 39 fuites ont été réparées en 2014 sur les 86 km de réseau de la ville. Les travaux de voiries de 2013 ont permis de revoir le réseau d’eau et de corriger les fuites. Le nombre d’abonnés est de 3 476 en 2014, 3 403 en 2013, soit +2 %, grâce aux nouvelles constructions. Moyenne consommée par abonné en 2014 : 86 m3. Le prix de l’eau potable au 1er janvier 2014 est de 2,44 €TTC/m3, soit 293,28 € pour une facture de 120 m3 ; 26 % du prix représente la part syndicale. « Notre réseau s’améliore, nous travaillons à avoir le moins de fuite possible et le prix de l’eau est stationnaire », a souligné Jean-Yves Rousseau adjoint à l’urbanisme aux voies et aux réseaux. Chrystèle Bourgeais-Auger, élue de l’opposition s’est enquis du captage du Cornet : le matériel (tuyaux…) sera démonté mais le forage est conservé car il appartient à la collectivité. Etienne Vitré, 7e adjoint, a ajouté : « La nappe est fragile et sur les 100 ans à venir il ne sera pas nécessaire d’utiliser l’eau du Cornet. » Le syndicat des eaux prévoit de démanteler l’une des deux tours situées sur la route de St-Jean-d’Angély.

Assainissement.
Le nombre d’abonnés est passé de 3 150 en 2013 à 3 194 en 2014. Une consommation de 120 m3 aura coûté 261,68 €TTC à l’abonné en 2014.

Carine Fernandez



Laissez un commentaire

Vous devez etre connecté pour laisser un commentaire.