Santé

Surgères / Aigrefeuille : masques et écoles, les deux points noirs

Publié le 27 avril 2020 | Chez nous | Santé | Surgères et alentours

Catherine Desprez et Gilles Gay s’organisent en attendant les instructions du gouvernement (©Archives L’Hebdo 17)

 

Face au déconfinement annoncé pour le 11 mai, les communes se mobilisent.

Lundi 13 avril, Emmanuel Macron a annoncé le déconfinement progressif de la population pour le 11 mai. Un retour à un peu plus de normalité espéré par tous mais redouté à la fois. Car il faut bien l’avouer, on marche à l’aveugle avec ce virus.

Mais la date butoir a été lancée et les communes essaient de préparer ce moment au mieux en attendant des mesures gouvernementales plus précises. Pour Catherine Desprez, à ce jour, c’est la reprise de l’école qui ressemble à un casse-tête : « On a avancé avec la déclaration du ministre (le 19 avril, N.D.L.R.) mais c’est quand même très compliqué à mettre en route. Il y a encore beaucoup de points d’interrogation ». Rien n’étant concret aujourd’hui, tout le monde marche à l’aveugle : « On nous a donné un principe général, maintenant il faut qu’on regarde sur un papier en comptant le nombre d’élèves pour savoir si les effectifs seront compatibles avec une classe », Catherine Desprez mettant en avant des effectifs limités nécessaires.

Une vision partagée par Gilles Gay, maire d’Aigrefeuille : « On ne sait pas encore comment cela va se passer : toutes les classes ensemble ou certaines le matin, les autres l’après-midi. Nous n’en avons aucune idée. »

Pour en savoir plus, lisez L’HEBDO du jeudi 23 avril disponible en version numérique sur :

Édition du 23/04/2020



Les commentaires sont fermŽs !